5 lessons from a Michelin-starred chef

Some time ago, the French magazine Capital published the list of the 15 most unpleasant professions, from a survey of the French Ministry of Labor. If there are many professions described as arduous, the hotel industry held the leading positions, with the cooks taking the gold medal. France so proud of its gastronomy, and yet the women and men who work in the kitchen, occupying the worst of the jobs?

For those who would not know, I was almost born in a kitchen and spent the first years of my life, at least until 21, in a restaurant, which became Michelin-starred, thanks to the tenacity and qualities of my parents. Yes, a mother butler, and a father Chef! Having experienced the reality of a Michelin-starred restaurant on a daily basis, I understand and agree, in part, this ranking. Partly, because the unpleasant adjective is probably not the right one. Garbage man, technician on an oil rig (I did that) or fisherman on a tuna ship are probably, relatively speaking, more unpleasant. The fact remains that cooking is a profession that offers happiness to others, so it has a meaning from which one can derive pleasure. Besides, who doesn’t know Paul Bocuse, Alain Ducasse or Anne-Sophie Pic? Icons of gastronomy, models for many aspiring chefs.

man wearing white dress shirt

However, this hard job has much to teach us, white-collar and blue-collar workers, far from the high temperatures of a kitchen. So, here are five lessons to apply to put all the chances of success on your side. Lessons learned in the kitchen of a Michelin-starred chef, my father.

Preparation

In the restaurant and hotel industry, it’s called set-up. It is impossible to serve a large number of customers in a few hours without having everything in place. And this goes beyond peeling vegetables or cooking foie gras. It is the preparation of sauces, the cutting, the cooking of pastries, etc. Without a set-up, it is simply impossible to provide the service to patrons.

Yet, in the world of white-collar workers, and sometimes blue-collar, how many meetings are unprepared, how many client files are sloppily made at the last minute, how many employees are pressurized to do more, faster? Try to serve forty patrons without being perfectly prepared!

To give an idea, a service lasts about two to three hours, let’s say from noon to 2:30 pm. The set-up will start at eight o’clock, as the purchases could have been made in Rungis from two or three o’clock in the morning. In the afternoon, the set-up will start again around 4:30 pm for a service that will start at seven thirty. The kitchen will therefore spend more time setting up than serving its customers. This is the price to pay for making quality!

The Team

From washing to the cold part, everyone has his place, her role, under the direction of the chef, who orchestrates the ballet. A meal is full of hands that will activate to prepare, cook, prepare, and « send » the plates. If a cook had to go from the cold room to the piano, from the salamander to the mandolin, he could not make a perfect plate. Each plate is therefore the result of a team that has put everything in place and is active knowing exactly the score.

brown foosball table closeup photography

The word chef is not used loosely. He or she is a conductor, not a director or a manager, which he or she can also be. In the kitchen, he/she is a Chef. Each team member plays the same score, with a different instrument. It also means that everyone plays their instrument to the best of their ability and knows how to play together. It requires respect, balance, listening and timing.

Respect for the Customer

I’m going to shock readers, but most restaurants serve shit! When it’s not frozen food, powdered sauces or pre-cooked vegetables, a majority of customers fill their bellies without dazzling smell, sight and taste. The same is true of a majority of companies, which perform a commercial function, without dazzling their customers.

The primary role of a star chef, or working to get a star? Provide a unique experience, sublimate products, turn one or two hours into an unforgettable moment. But above all, respect the customer who walks through the door of his/her restaurant, offering him/her the best. This respect is not a second-thought, it is the « raison d’être. »

man sitting on red fabric sofa near glass window

How many companies, public or private, large or small, have this respect in their genes? Simon Sinek’s Why! Too little unfortunately. However, it is this respect that allowed Paul Bocuse to keep his three stars since 1965! This is something to ponder every time you deliver a product or service to a customer!

Inventing Within the Rules

A sourdough paste will not cook in ten minutes. A fish stock won’t be made in five. Butter is needed to make a white butter. These are not reasons not to bake bread, cook a sauce or season a meat differently. But without knowing the basics of cooking, you’ll have a hard time getting the precious Michelin Guide macaroon.

There are no great chefs who have not spent an infinite amount of time learning the basics of food preparation and cooking. Without the rules, you can’t break them and rewrite them. Bocuse, Troisgros, Gagnaire, Robuchon have all rewritten « la grande cuisine » in their own way, have all sublimated simple dishes, without ignoring the basics and rules.

Big data, AI, quantum computing are revolutionizing huge industrial areas. Above all, they allow us to have a better understanding of the rules, they do not rewrite them. You can take shortcuts or cut corners, the backlash is always violent. If we are part of the long term, it is necessary to question ourselves frequently by perfecting our foundations.

Tabula rasa

Once the service is complete, everything is cleaned from top to bottom. You can’t start a new service without putting everything back together properly. The team, the preparation, the respect and the rules! Come at 1 pm, it’s the shot, the kitchen is upside down. At 4 p.m., service finished, everything shines, everything smells clean, ready for the next set-up.

blue canister

In the world of service or industry, we pick up a piece, we put together an old piece, we leave behind something that we’ll use later. In the longer term, there is a need for reorganization. What for? Inability to clean, to ask the right questions at the end of each delivery, to question yourself every day.

Finally, I will add a sixth lesson: cheap is expensive. We often hear it, we do not often see it put into practice this rule of common sense. In a Michelin-starred chef’s kitchen, you’ll find the best knives, the best brass pots, perfectly functional instruments, flawless dishes, glasses wiped to perfection, silverware that shines, ironed tablecloths…

So, whatever your profession, your industry, your job, do you implement these six rules? If not, ask yourself how to learn from this gastronomic excellence and watch it work miracles at home too!

Photo Pascal Swier, Austin Distel, Le Creuset, Michael Browning

5 leçons d’un chef étoilé

Il y a quelque temps, le magazine Capital postait la liste des 15 métiers les plus désagréables, issue d’une enquête de la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques. Si l’on y retrouve nombre de métiers qualifiés de pénibles, le domaine de l’hôtellerie y tient les positions de tête, avec les cuisiniers qui s’emparent de la médaille d’or. La France si fière de sa gastronomie, et pourtant les femmes et les hommes qui officient en cuisine, occupant le pire des métiers ?

Pour ceux qui ne le sauraient pas, je suis quasiment né dans une cuisine et ai passé les premières années de ma vie, en tout cas jusqu’à 21 ans, dans un restaurant, qui est devenu étoilé au Guide Michelin, grâce à la ténacité et aux qualités de mes parents. Eh oui, une mère Maître d’hôtel (on féminise en maîtresse d’hôtel, ou pas ?), et un père Chef ! Ayant vécu au quotidien la réalité d’un restaurant étoilé, je comprends et agrée, en partie, ce classement. En partie, car l’adjectif désagréable n’est sans doute pas le bon. Éboueur, technicien sur une plate-forme pétrolière (j’ai fait) ou marin-pêcheur sur un thonier senneur sont sans doute des métiers plus désagréables. Il n’en reste pas moins que cuisinier est un métier qui offre du bonheur à autrui, il a donc un sens dont on peut tirer du plaisir. Et puis, qui ne connaît pas Paul Bocuse, Alain Ducasse ou Anne-Sophie Pic ? Des icônes de la gastronomie, des modèles pour beaucoup d’aspirants chefs.

man wearing white dress shirt

Pourtant, ce dur métier a beaucoup à nous apprendre, cols blancs, bien éloignés de la température d’une cuisine. Voici donc 5 leçons à appliquer pour mettre toutes les chances de réussite de son côté. Leçons apprises dans la cuisine d’un chef étoilé, mon père.

La préparation

Dans la restauration et l’hôtellerie, on appelle ça la mise en place. Impossible de servir un grand nombre de clients en quelques heures sans avoir tout mis en place. Et cela va au-delà de l’épluchage des légumes ou de la cuisson du foie gras. C’est la préparation des sauces, la découpe, la cuisson des viennoiseries, etc. Sans mise en place, il est tout bonnement impossible d’assurer un service.

Pourtant, dans le monde des cols blancs, et parfois des cols bleus, combien de réunions ne sont pas préparées, combien de dossiers client sont bâclés à la dernière minute, combien d’employés sont pressurisés pour en faire plus, plus vite ? Essayez de servir quarante couverts sans vous être parfaitement préparés !

Pour donner un ordre d’idée, un service dure environ deux à trois heures, mettons de midi à quatorze heures trente. La mise en place va, elle, commencer à huit heures, les achats ayant pu être faits à Rungis à partir de deux ou trois heures du matin. L’après-midi, la mise en place va recommencer vers seize heures trente pour un service qui va commencer à dix-sept heures trente. La cuisine va donc largement passer plus de temps à se mettre en place qu’à servir ces clients. C’est le prix à payer pour faire de la qualité !

L’équipe

De la plonge au froid, chacun a sa place, son rôle, sous la direction du Chef, qui orchestre le ballet. Un repas ce sont plein de mains qui vont s’activer pour préparer, cuire, dresser, et « envoyer » les assiettes. S’il fallait à un cuisinier de passer de la chambre froide au piano, de la salamandre à la mandoline, il ne pourrait pas réaliser une assiette parfaite. Chaque assiette est donc le fruit d’une équipe qui a tout mis en place et qui s’active en connaissant exactement la partition.

brown foosball table closeup photography

On ne dit pas chef de cuisine pour rien. C’est un chef d’orchestre, pas un directeur ou un manager, ce qu’il peut aussi être par ailleurs. En cuisine, c’est un chef. Chaque membre de l’équipe joue la même partition, avec un instrument différent. Cela signifie aussi que chacun joue de son instrument au mieux de ses capacités et sait jouer ensemble. Cela demande respect, équilibre, écoute et synchronisation.

Le respect du client

Je vais choquer, mais la plupart des restaurants servent de la merde. Quand ce ne sont pas des plats surgelés, des sauces en poudre ou des légumes précuits, une majorité de clients remplissent les ventres, sans éblouir l’odorat, la vue et le goût. Il en est de même d’une majorité d’entreprises, qui remplissent une fonction commerciale, sans éblouir leurs clients.

Le rôle premier d’un chef étoilé, ou à la recherche d’une étoile ? Fournir une expérience unique, sublimer des produits, transformer une ou deux heures en moment inoubliable. Mais avant tout, respecter le client qui franchit la porte de son établissement, en lui offrant le meilleur. Ce respect n’est pas quelque chose de second plan, c’est la raison d’être.

man sitting on red fabric sofa near glass window

Combien d’entreprises, publiques ou privées, petites ou grandes, ont ce respect inscrit dans leurs gènes ? Le Pourquoi de Simon Sinek ! Trop peu malheureusement. Pourtant, c’est ce respect qui fait que Paul Bocuse est trois étoiles depuis 1965 ! À méditer, à chaque fois que vous livrerez un produit ou un service à un client !

Inventer en respectant les règles

Une pâte au levain ne se cuira pas en dix minutes. Un fumet de poisson ne se fera pas en cinq. Le beurre est nécessaire pour faire un beurre blanc. Ce ne sont pas des raisons pour ne pas faire du pain, cuire une sauce ou assaisonner une viande différemment. Mais sans connaître les bases de la cuisine, vous aurez du mal à obtenir le précieux macaron du Guide Michelin.

Il n’existe pas de grands chefs qui n’ont pas passé un temps infini à apprendre les bases de la préparation et de la cuisson des aliments. Sans les règles, on ne peut pas les enfreindre et les réécrire. Bocuse, Troisgros, Gagnaire, Robuchon ont tous réécrit la cuisine à leur manière, ont tous sublimé des plats simples, sans faire fi des bases et des règles.

Le big data, l’IA, l’informatique quantique sont entrain de révolutionner des pans industriels immenses. Ils nous permettent avant tout d’avoir une meilleure compréhension des règles, ils ne réécrivent pas. On peut prendre des raccourcis ou couper les coins, le retour de bâton est toujours violent. Si l’on s’inscrit dans le long terme, il est nécessaire de se remettre en question fréquemment en perfectionnant ses bases.

Tabula rasa

Une fois le service terminé, tout est nettoyé de fond en comble. On ne peut pas démarrer un nouveau service sans avoir tout remis en place proprement. L’équipe, la préparation, le respect et les règles ! Venez à 13 heures, c’est le coup de feu, la cuisine est sens dessus dessous. À 16 heures, service fini, tout brille, tout sent le propre, prêt pour la prochaine mise en place.

blue canister

Dans le monde du service ou de l’industrie, on reprend un morceau, on recolle une vieille pièce, on laisse traîner un truc dont on se servira plus tard. À plus ou moins long terme, on est confronté à une nécessaire réorganisation. Pourquoi ? Une incapacité à nettoyer, à se poser les bonnes questions à la fin de chaque livraison, à se remettre en question tous les jours.

Pour terminer, je vais ajouter une sixième leçon : le pas cher coûte cher. On l’entend souvent, on ne la voit pas souvent mise en pratique cette règle de bon sens. Une cuisine de chef étoilé, ce sont les meilleurs couteaux, les meilleures casseroles, des instruments parfaitement fonctionnels, une vaisselle sans défaut, des verres essuyés à la perfection, une argenterie qui brille, des nappes repassées…

Alors, quel que soit votre métier, votre industrie, votre profession, mettez-vous en œuvre ses six règles communes à toutes les maisons étoilées ? Si non, demandez-vous comment apprendre de cette excellence gastronomique et regardez-la faire des miracles aussi chez vous !

Photo Pascal Swier, Austin Distel, Le Creuset, Michael Browning

Sagesses, pensées, aphorismes…

« C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer. »

Ainsi commence Un conte de deux villes, livre que l’on trouve aussi sous les titres Un conte de deux cités et Paris et Londres en 1793, de Charles Dickens. J’aime relire ce paragraphe, car à chaque nouvelle qui secoue le monde, de la crise des subprimes en 2008 à celles des gilets jaunes en France en 2018, du mur de Donald Trump à l’effondrement du Venezuela, de la victoire des populistes au Brésil à l’émergence de la Chine – qui s’est bien réveillée, merci Monsieur Peyrefitte (le livre date de 1973, pour ceux qui se demanderait de quoi je parle) – les médias nous rebattent les oreilles avec les horreurs de notre société moderne. Alors oui, ce temps est le meilleur et le pire de tous les temps. Proportionnellement, le pire se produit peu, le meilleur beaucoup.

Je me retrouve alors dans le même état d’esprit que pendant la crise des subprimes : je compatis avec toutes les personnes touchées par le malheur et la difficulté, relative en France, de la vie, mais je suis profondément optimiste, tourné vers le futur et en permanence à la recherche de moyens et d’actions qui me permettent de progresser et de faire progresser le monde. Et je suis révolté et attristé de l’ambiance mortifère que les médias entretiennent et diffusent en permanence à la télévision et maintenant sur les réseaux sociaux, je reviendrai sur ce dernier point dans un futur billet.

Alors, je reprend mon stylo numérique et je me replonge dans la sagesse des sages, anciens et modernes. Et puis, il y a quelques jours, je reçois un mail d’Amazon, intitulé Concours d’écriture du Développement Personnel. Le hasard n’existant pas, l’alignement des étoils est magnifique à contempler. Il y a alors du travail qui m’attend sur ce blog et dans le monde de l’écriture. Entre mes lectures, 52 semaines de sagesses et mon intérêt personnel pour ce qui s’appelle développement personnel, il y a certainement une faille dans laquelle m’engouffrer.

Alors dans les semaines suivantes, je vais prendre un peu de temps pour faire deux choses, en plus de mes obligations professionnelles, familiales et personnelles :

  1. Écrire sur ce blog autour de trois livres : Sadness, Love, Openess de Chokyi Nyima Rinpoche, The intelligent investor de Benjamin Graham et Un conte des deux villes de Charles Dickens. Pourquoi ces trois-là ? Le premier m’a été offert par le Rinpoche lors de ma visite à Katmandou en décembre dernier, rencontre improbable et d’une richesse incroyable. Le second est la bible de tout investisseur à long terme, le livre qui élimine les hoquets du court terme pour créer de la valeur à long terme. Le dernier est une source d’inspiration pour comprendre le présent à partir du passé. Je retrouve donc toutes les idées qui font que j’ai commencé ce blog il y a plus de 10 ans maintenant et qui vont me permettre de le continuer en y apportant un maximum de valeur.
  2. Participer à ce concours d’Amazon. Je ne sais pas encore comment ni réellement combien de temps je pourrais y consacrer, j’ai mes idées et j’y reviendrais certainement ici aussi. Je n’en dirais pas plus pour le moment car ces idées ont besoin de maturer, de prendre de l’âge. Mais ce concours est rentré en collision avec une idée que j’avais dans mes tablettes depuis un moment. Deux étoiles forment une droite qui indique deux directions, à moi de choisir la bonne.

Je vous laisse sur cette pensée simple exprimée par Chokyi Nyima Rinpoche dans son livre : « rien n’existe de façon indépendante ». Ce qui se traduit pour moi : rien n’arrive par hasard !

Bonne et belle journée !

Crédit photo Debby HudsonNathan DumlaoCarl Raw et Art Lasovsky sur Unsplash

Le hasard n’existe pas

Si j’ai écris un autre post portant le même titre, celui-ci n’a pas grand chose à voir… quoi que ! A vous de voir !

Il y a quelques jours je posais le pied pour la première fois au Népal. Venu pour faire une présentation sur l’application de l’Intelligence Artificielle au marketing et à la publicité, je n’avais pas anticipé l’incroyable rencontre que j’allais faire. A peine arrivé à l’hôtel, la réception de bienvenue à l’évènement m’appelait. Étant un des intervenants, il m’était difficile d’y échapper. J’étais en conversation le directeur général de Daraz, l’Alibaba local (qui venait d’ailleurs d’être racheté par Alibaba), quand nous avons été interrompus. Une personne voulait parler de son expérience avec le site Daraz.

De fil en aiguille, cette personne, Alnoor, nous présenta un moine tibétain avec lequel il était venu, car habitant chez lui pendant que son monastère était en réparation. Et puis d’internet nous en vîmes à nous présenter et me présentant en tant que Français, Alnoor me demanda si je connaissais Matthieu Ricard. Étant abonné à son blog, je confirmais que oui, je connaissais son nom et son action. Alnoor me proposa de le rencontrer. Rendez-vous était donc pris pour le lendemain matin. Il verrait si la rencontre pourrait avoir lieu.

Debout avec difficulté en raison du décalage horaire et après quelques messages WhatsApp, je partais en direction de Bodhnat, de l’autre côté de Katmandou où je devais rencontrer Alnoor pour l’accompagner à l’université de Katmandou, pour y suivre un cours sur Buddha-Nature. Je me trouvais un peu décalé, n’ayant pas de base bouddhiste, mais je captais quelques concepts intéressants. Le merveilleux était cependant à venir. A notre sortie de la salle de classe, nous tombons quasiment nez à nez avec Chökyi Nyima Rinpoche, le moine supérieur (on dirait abbé dans la tradition catholique) du monastère de Ka-Nying Shedrub Ling. En évoquant la conférence que j’allais faire le lendemain sur l’Intelligence Artificielle, il m’invite à le rejoindre, avec d’autres, pour discuter de l’IA.

L’heure et demie qui suivra sera riche d’enseignement et d’échange, autour de l’IA, de ces implications dans la vie des hommes, de l’éthique. Ce moment culminera par le cadeau et la dédicace du livre du Rinpoche, Sadness, Love, Openess. J’aurais l’occasion de revenir sur les détails de la discussion autour de l’IA et du point de vue du Rinpoche. Une chose est certaine cependant, la bienveillance du bouddhisme et la philosophie du respect du vivant peuvent être riches d’enseignements pour l’IA et son éthique. Un merveilleux sujet pour de futurs articles. Namasté !

Contrat signé pour un nouveau livre

J’ai signé il y a quelques jours un nouveau contrat avec les éditions ENI pour un livre dont le sujet est Comment faire une excellente présentation et parler en public en toute confiance. Le titre final n’est pas encore défini, la table des matières oui en revanche et les 40 premières pages écrites.

A destination de toutes les personnes qui ont besoin de s’exprimer en public, il se focalise sur comment améliorer sa voix et ses présentations, en s’appuyant sur les outils de présentations disponibles du le marché, de PowerPoint à Canva en passant par Prezi et Sway.

Présenter et parler en public est la rencontre de l’art et de la science. Que vous soyez débutant ou présentateur aguerri, mon objectif est de vous apprendre quelque chose et de vous faire devenir encore meilleur. 30 ans d’expérience condensés en quelques centaines de pages. En avant première, deux paragraphes de l’introduction qui vous donneront un aperçu du ton et du contenu.

 » « On naît orateur » est une phrase destructrice. Elle sous-entend que si vous ne savez pas parler en public, vous ne le saurez jamais. Heureusement, la science nous a appris que toute aptitude s’acquiert. Dans son remarquable ouvrage, Changer d’état d’esprit : une psychologie de la réussite, Carol Dweck, son auteure, nous apprend qu’en changeant d’état d’esprit, il est tout à fait possible d’acquérir toutes les compétences possibles à ses rêves et que rien n’est prédestiné. L’épigénétique et la plasticité cérébrale ne font, depuis, que renforcer nos connaissances de notre adaptation à l’environnement et à ce que nous voulons être.

Parler en public fait donc partie de ces compétences qui s’acquièrent. Bien évidemment, ne devient pas orateur qui veut en quinze jours. Cela demande de la méthode, du travail et des efforts. Démosthène, grand orateur Grec de l’antiquité, était bègue. Georges VI, roi d’Angleterre de 1936 à 1952 et père d’Elizabeth II, était lui aussi bègue. Ces deux grands hommes surmontèrent ce handicap, l’un en s’entrainant à parler avec des cailloux dans la bouche nous dit la légende, l’autre à force de travail avec son orthophoniste australien Lionel Logue. Si ces bègues ont réussi à surmonter cette déficience et à devenir des orateurs brillants, tout un chacun peut y arriver. »

je publierai d’autres extraits avant correction sur ce blog au fil de l’écriture pour vous donner envie de lire le livre final. Publication prévu au printemps prochain! En attendant, je ne peux que vous conseiller de lire mon livre précédent, Cloud privé, hybride et public.

Cloud privé, hybride et public - Quel modèle pour quelle utilisation ? Un état de l'art et des bonnes pratiques.

Crédit photo Xan Griffin sur Unsplash

50 Thoughts That Can Motivate You to Do Anything

Sometimes it’s hard to motivate oneself. We all have bad days. Those mornings when we are faced with tons of stuff to do and not a clue where to start (although, just starting anything is the best decision on those mornings). Those situations when the guy you are talking to is so negative and sends you so many bad things, you think your world is gonna end (hey, you know, his/her day does not need to be yours, just ask what is the source of their grief, be empathetic and move on). Anyhow, for those bad days, and all the other numerous good ones, just keep this list handy. It’s the best 50 self-motivating ideas you can have a look at in the morning, before going to bed or just use in your next meditation.

It’s not about Coué’s method or funky positive thinking mumbo-jumbo. It’s a simple reminder that discipline, hard work and passion are the better engines for success. And as a friend of mine used to say: either you win or you learn. This helps you looking at failure as a great opportunity to learn and make progress!

A while back I wrote 7 simple ways to get motivated on Monday. Those 50 thoughts that can motivate you to do anything are a wonderful add to my post, I encourage you to print them, to get them handy in your OneNote or just to read them every day. Nothing can resist passionate people. Yes, there will bad days, there will be learnings, just stay put and continue believing in yourself whatever the morons tell you. And my experience has taught me that there are many, many morons out there. Just ignore them!

Photo by Fab Lentz on Unsplash

 

Que faire quand on n’a pas envie ?

Dans le doute, osez ! Cette petite phrase attribuée à Robin Sharma est devenue au fil des années mon guide quand je me pose une question ou quand je n’ai pas envie. Quand on n’a pas envie de faire quelque chose mais qu’on sait qu’il faut qu’on le fasse et bien, il faut juste le faire.

Comme le disait feu mon ami Bernard Alexandre, la meilleure thérapie, c’est la coup-d’pied-au-cul thérapie. L’action engendre l’action. Le premier pas est généralement le plus dur, mais même le plus difficile des treks commence par un pas.

La nuit n’est jamais totalement noire

Il y a des jours où tout semble aller de travers. On en a quelques-uns comme ça dans l’année. L’inconvénient est qu’on a généralement tendance à encore plus noircir le tableau. Alors qu’en fait, il faut chercher la petite lumière, l’étoile qui brille entre les nuages.

Une situation aussi désespérée soit elle recèle toujours un soupçon d’espoir, une lueur dans le lointain. Rien que le fait de chercher cette lueur rend la nuit moins noire et moins angoissante. Il est primordial d’alors capitaliser sur cette lueur jusqu’à ce qu’elle remplisse la journée et sa vie. Incroyablement simple, magnifiquement efficace.

La chute est nécessaire au succès

On apprend à faire du vélo en montant sur un vélo et en tombant. Je ne connais personne qui ne soit pas tombé en apprenant à faire du vélo. Il en est souvent du même pour de nombreux autres sports: la planche à voile, le surf… Et on voudrait que le chemin vers le succès soit  tout lisse !

On apprend de ses erreurs, on a tendance à oublier ses succès. Mais comme le disait mon ancien Directeur Général : “soit on gagne, soit on apprend”. Et je fais de cette phrase ma philosophie. La chute est nécessaire, apprenons à l’apprécier pour ce qu’elle a à nous apprendre.