Chaque jour est un éternel recommencement

A bien y réfléchir, pas trop longtemps quand même, il est de notre libre arbitre de choisir chaque jour comme celui du début de notre nouvelle vie. Rien ni personne ne vous oblige à faire aujourd’hui ce que vous faisiez hier. Vous pouvez approcher votre conjoint, vos collègues, vos clients, vos enfants, vos parents – mettez qui vous voudrez – de façon différente ou nouvelle.

Bien évidemment, chacun transporte son histoire. Mais là encore, personne ne vous force, à priori, à la transporter sur votre dos. Il est possible de choisir de la laisser sur le bord de la route et de vivre en regardant devant et uniquement devant. Pour conduire sa voiture, il convient de regarder devant, pas dans les rétroviseurs en permanence. Il est donc possible, et c’est un choix, de vivre chaque jour comme un éternel recommencement. Pas à la façon de Phil Connors dans Un jour sans fin, mais vraiment en la vivant au plein de son potentiel.

Que faire quand on n’a pas envie ?

Dans le doute, osez ! Cette petite phrase attribuée à Robin Sharma est devenue au fil des années mon guide quand je me pose une question ou quand je n’ai pas envie. Quand on n’a pas envie de faire quelque chose mais qu’on sait qu’il faut qu’on le fasse et bien, il faut juste le faire.

Comme le disait feu mon ami Bernard Alexandre, la meilleure thérapie, c’est la coup-d’pied-au-cul thérapie. L’action engendre l’action. Le premier pas est généralement le plus dur, mais même le plus difficile des treks commence par un pas.

Aiguiser sa hache

La phrase “si vous me donnez six heures pour abattre un arbre, je passerai les quatre premières à aiguiser la hache” est généralement attribuée à Abraham Lincoln. Cela reflète bien la philosophie de ce grand homme, qui s’était préparé toute sa vie à devenir président des États-Unis.

C’est aussi une métaphore pour l’importance de la préparation. Inutile de se jeter tête baissée dans l’action, il convient de bien réfléchir et de consacrer le temps nécessaire à se préparer. La répétition est nécessaire à la perfection. Il n’y a pas de raccourci au succès, tous les jours, il faut aiguiser sa hache.

Réussir sa vie – Règle numéro 1 : Débranchez vos écrans (suite)

La bonne utilisation de la télévision

La télévision c’est, entre chaque écran publicitaire, créer un contenu suffisamment attirant pour que les écrans pub aient des audiences. C’est tout – Piet Hien (Producteur de ‘Loft Story’ et ‘Big Brother’)

Il y a une vingtaine d’années, je lisais le livre de Dominique Glocheux, La Boss Génération, dans lequel l’auteur conseillait l’utilisation suivante de la télévision : prenez une paire de ciseaux, coupez le fil électrique de votre télévision au ras du poste et jetez le fil à la poubelle. L’action est radicale, mais l’image est là. Vous pouvez faire de même, je vous conseille cependant aujourd’hui de vendre votre télé sur eBay, au moins vous en tirerez quelque chose, ou de la garder connectée à votre Wii, PS3 ou Xbox, et à votre lecteur de DVD pour en profiter de temps en temps avec vos amis et familles. En revanche, annulez votre abonnement à Canal plus et autre cablo-opérateur ou télé par satellite.

Vous allez me dire que vous êtes abonnés à une offre triple play (téléphone, internet et télévision) et que donc vous ne pouvez pas jeter votre décodeur à la poubelle. C’est vrai, mais rien ne vous oblige à connecter votre écran plat à votre décodeur triple play. En fait, il y a peut-être une offre quelques euros moins cher qui ne fournit que téléphone et internet. Qui sait, dix ou vingt euros économisés par mois, cela peut financer un week-end en famille, une douzaine de livres ou une contribution généreuse à la Croix-Rouge.

La plupart des émissions sont désormais disponibles sur les sites de replay dans les jours qui suivent leurs diffusions. Il ne s’agit donc pas, une fois de plus, de se couper du monde. Il s’agit de passer en mode contrôle. C’est vous qui avez la télécommande en main !

Reprendre le contrôle du temps

En supprimant la télévision de votre vie, vous allez récupérer quelques heures par semaine. Imaginons que vous regardiez la télévision 10 heures par semaine. Cela fait 400 heures de télé par an, soit, si vous travaillez en France, l’équivalent de plus de 11 semaines de travail ! Imaginez être payé 11 semaines de plus par an (presque trois mois, soit dit en passant).

Maintenant, si on en croit les statistiques, ce n’est pas 10 heures que les gens regardent la télé ou surfent sur internet en moyenne par semaine, mais 17,5, soit 910 par an. Ce sont au passage les mêmes qui se disent tout le temps fatigués et qui enrichissent les fabricants de vitamine C et autres recettes chimiques miracles pour avoir plus d’énergie, alors que la solution est parfois simplement de dormir une ou deux heures de plus par jour, mais nous y reviendront. Donc, 910 heures de télévision par an, si on considère 8 heures d’activité productive par an (pas de travail, c’est un gros mot), cela fait un peu moins de 114 jours. A 22 jours d’activité par an, cela fait un peu plus de cinq mois. En moyenne, les gens pourraient augmenter leur activité de 5 mois par ans.

J’entends déjà les syndicats montés au créneau : travailler deux heures de plus par jour ? Je veux revenir au 19ème siècle ? Non, je n’ai pas dit ça, mais vous pouvez le voir comme ça si vous voulez avoir une activité plaisante et rémunératrice chez vous.

Si, par exemple, vous utilisez ces deux heures et demi de télé par jour pour écrire 2,000 mots par jour, vous pouvez écrire un roman tous les 45 jours, soit 8 romans par an. Si vous utilisez ces deux heures et demi de télé par jour pour apprendre à rénover votre appartement et le faire vous-même, vous pouvez économiser plusieurs milliers d’euros tout en faisant augmenter la valeur de votre bien. Si vous utilisez ces deux heures et demi par jour pour apprendre un nouveau métier ou vous perfectionnez dans le vôtre, vous pourrez devenir l’expert que tous recherchent en quelques années (si on en croit Malcolm Gladwell dans son livre Outliers, il faut 10 000 heures de pratique pour devenir un maitre, soit environ onze ans à deux heures et demi par jour de pratique de n’importe quoi que vous aimez). Vous voyez l’effet ? A contrario, au bout de onze ans, que sera-t-il resté de ces 10 000 heures de télé : du surpoids et les maladies qui vont avec et pas grand-chose d’autre. Ça vous tente vraiment ? Prêt à passer à autre chose ? Allons-y !

Pour commencer à vous libérer de votre dépendance aux écrans, je vous propose l’exercice suivant : il est vraisemblable qu’il vous arrive de vous dire que vous n’avez pas le temps de faire telle ou telle chose (apprendre la cuisine, vous occuper de votre jardin, rendre visite à votre vieille tante, etc.). Commencez par prendre une feuille blanche (ou un carnet, un agenda, un ordinateur…). Asseyez-vous un quart d’heure au calme, dans votre salon, dans votre jardin, dans un café, dans un endroit qui vous inspire. Listez ces choses que vous aimeriez faire et que vous n’avez pas le temps de faire… Une fois cette liste faite, demandez-vous si cela ne vaudrait pas le coup de remplacer le temps télé par toutes ces choses ? Si vous pensez que oui, il ne vous reste plus qu’à vous lancer dans le plan d’action.

La nuit n’est jamais totalement noire

Il y a des jours où tout semble aller de travers. On en a quelques-uns comme ça dans l’année. L’inconvénient est qu’on a généralement tendance à encore plus noircir le tableau. Alors qu’en fait, il faut chercher la petite lumière, l’étoile qui brille entre les nuages.

Une situation aussi désespérée soit elle recèle toujours un soupçon d’espoir, une lueur dans le lointain. Rien que le fait de chercher cette lueur rend la nuit moins noire et moins angoissante. Il est primordial d’alors capitaliser sur cette lueur jusqu’à ce qu’elle remplisse la journée et sa vie. Incroyablement simple, magnifiquement efficace.

La chute est nécessaire au succès

On apprend à faire du vélo en montant sur un vélo et en tombant. Je ne connais personne qui ne soit pas tombé en apprenant à faire du vélo. Il en est souvent du même pour de nombreux autres sports: la planche à voile, le surf… Et on voudrait que le chemin vers le succès soit  tout lisse !

On apprend de ses erreurs, on a tendance à oublier ses succès. Mais comme le disait mon ancien Directeur Général : “soit on gagne, soit on apprend”. Et je fais de cette phrase ma philosophie. La chute est nécessaire, apprenons à l’apprécier pour ce qu’elle a à nous apprendre.

Show up, stand up, keep up

Le succès, c’est ça : show up, stand up, keep up ! Se présenter, se lever, continuer ! J’ai vu cette phrase sur un t-shirt pendant le reportage sur Robert Teriitehau. Alors bien évidemment, la partie “stand up” est un jeu de mot qui fait référence au stand up paddle.

Woody Allen a dit : “quatre-vingts pourcents du succès réside dans le fait de se présenter”. Avoir un rêve ou un objectif ne suffit pas. Il faut agir, se présenter, se lever et continuer. En d’autres termes : agir et continuer à agir, quelque soit les obstacles. Aussi simple que ça ! Mais pas toujours facile.

La moyenne et la médiocrité

La racine latine de ces deux mots, bien que sensiblement différente, fais référence au milieu, à la “médiane”. Le médiocre étant en fait en dessous de la moyenne. Cependant quand on y réfléchit, la moyenne est médiocre. L’antonyme de la moyen est exceptionnel, et l’exceptionnel est par définition au dessus de la moyenne.

En recherchant la moyenne, et donc souvent le consensus, on tend vers la médiocrité. Dans toute chose, ce n’est pas donc pas la moyenne qu’il faut rechercher, mais l’exceptionnel. A moins de vouloir une vie moyenne, médiocre !

La force de la routine

Tous les matins vous prenez votre petit déjeuner, prenez une douche et vous habillez. Vous le faites en mode boite automatique. Pas besoin d’y penser. Imaginez que vous ajoutiez vingt minutes de sport intensif. Tous les jours ! Pour ça vous vous lever vingt minutes plus tôt (en vous couchant aussi vingt minutes plus tôt pour ne pas impacter votre nuit de sommeil réparateur). Et bien vous ferez deux heures et vingt minutes de sport par semaine. Au bout de quelques semaines, cela deviendra une part de votre routine matinale.

En faisant quelque chose qui vous plait et qui vous épanouit tous les jours, ce sont des centaines, voire des milliers d’heures que vous consacrez par an à votre développement personnel. Lisez ou relisez Outliers de Malcolm Gladwell. Vous y comprendrez que la réponse au succès est parfois tout simplement dans la force de la routine qui fait accumuler des milliers d’heures.

Ce qui est planifié est fait

Une petite règle toute simple pour mettre de l’ordre dans sa vie. Quand on inscrit ce que l’on doit faire dans son agenda, il y a de forte chance que cette action soit faite. Il est étonnant de constater combien cette petite chose est puissante et pourtant combien elle est souvent ignorée.

Ce n’est pas l’outil utilisé qui va faire la différence, c’est cette simple action de mettre une date sur une action à entreprendre et de la noter dans un agenda. En plus de servir de rappel, elle induit une sécrétion de dopamine quand la tâche est réalisée. C’est ce qui provoque ce petit boost au moral et permet de passer à l’action suivante. Pas d’excuses possibles, planifiez pour avancer!