Les derniers héros, les vrais…

Il y a quelques jours, je lisais cet article dans Libération sur le Vendée Globe (et pas Vents des Globes, comme beaucoup pensent encore :-)).

Armel Le Cleac'h, à bord de «Banque Populaire VIII», au large des Îles Kerguelen, le 30 novembre 2016

Armel Le Cleac’h, à bord de «Banque Populaire VIII», au large des Îles Kerguelen, le 30 novembre 2016. Photo Marine Nationale

Puis, j’ai pu voir comme beaucoup de gens les incroyables images de la Marine Française des deux premiers bateaux, prises par l’hélicoptère Panther décollé depuis la frégate de surveillance Nivôse. En particulier, les images de Hugo Boss sur lesquelles ont voit bien la quille et la voilure. Plus de 20 nœuds, ça va vite, très vite…

Enfin, j’ai repensé à mon ami Hervé Laurent, troisième du Vendée en 96-97 (juste mentionné à la fin de la vidéo ci-dessous, pourtant arrivé à peine un jour après Marc Thiercelin), tout en gentillesse, humilité et grand professionnalisme.

Et là, à la fois un peu jaloux du courage de ces hommes (pas de femme cette année… dommage) et surtout incroyablement impressionné par leur capacité de résistance. Il est fort possible que le record tombe cette année sous les 70 jours. Incroyable ! 50 jours de moins que les premiers vainqueurs. Mais même 70 jours, avec une grosse moitié dans des conditions épouvantables.

On ne s’imagine pas le bruit à l’intérieur d’un de ces bateaux. C’est un couloir de RER vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Le bruit, le mouvement et le froid. Pas pendant quelques heures, non pendant des jours et des nuits et des jours et des nuits… N’importe quel être humain normalement constitué jetterait l’éponge au bout de quelques heures. Sauf eux !

Ce n’est pas un ultra trail de 100 miles avec 10 km de dénivelés positifs. Au bout d’un, deux ou trois jours, c’est fini! Ce n’est pas l’ascension d’un huit mille. Au bout d’un mois et demi, tout est fini. C’est une épreuve, seul et sans assistance, de trois mois en mer, qui vous lessive le corps, l’esprit et le cœur. C’est pour moi les derniers héros, issus de la tradition des grands explorateurs. Qui partaient des mois avec le risque de ne jamais revenir.

Alors, il y  a tant à apprendre de ces derniers grands héros de l’humanité, avant de céder leur place à ceux qui iront explorer Mars, prochaine frontière de l’incroyable resistance humaine. Alors qu’ont-ils à nous apprendre ?

  1. Tout est possible. Tout est question de trois choses: un rêve (une passion), de la volonté et de la préparation.
  2. On résiste à tout. Même quand on est au bout du rouleau, il y a encore de l’énergie.
  3. On n’a qu’une vie. Alors autant la vivre à réaliser ses rêves.
  4. C’est quand personne ne regarde que se fabrique le bonheur. Pas de caméras de téléréalité, pas de mise en scène (un peu pour ne pas faire trop peur à ceux qui regarde les quelques vidéos qu’ils envoient), mais beaucoup, beaucoup, beaucoup de travail ingrat et nécessaire.
  5. La solution aux maux de l’humanité se trouvent dans l’effort de la vraie vie, pas dans la vacuité des paradis artificiels. Les héros à glorifier, à qui donner la Légion d’Honneur, à inviter à l’Élysée, à inviter à faire des conférences dans les écoles, ce sont eux (j’en profite pour un petit coup de pub à Sailing pour tous, l’association d’Hervé qui fait découvrir la voile gratuitement aux enfants Mauriciens), pas tous ces pseudos artistes de téléréalité ou sportifs capricieux et irrévérencieux.

Alors, messieurs, chapeau bas ! Que le meilleur gagne, mais en attendant, au delà du rêve, sachez que vous donnez la pêche à des millions de fans !

Publié le 12/12/16 à 16:12… ça m’amusait

Then/Now

https://unsplash.com/sergio_rola

https://unsplash.com/sergio_rola

Now, bumped into this on the web and it made me laugh out loud: Then/Now.

The three only sure things are death, tax and change. This is about change. What was true yesterday may be wrong today and ignored tomorrow. Pace of change has accelerated. Flexibility is required. Adaptation is required. Useless to moan. Adapt! And this ties to the debates these days in France about the changes that the government wants to drive in job laws, with the “infamous” Loi El Khomri that drove people of all ages demonstrating across France, forcing the government to rewrite it.

This law is probably far from being perfect almost like any other laws. However, it shows how much people fear change. The world has dramatically changed over the last years and the pace of change is accelerating. Even climate is changing! However, change is inevitable and instead of trying to stop it, embrace it, love it, make it yours. Don’t fight it!

Of course because there are so many changes happening at the same time at an unprecedented and overwhelming pace, most people tend to try to block change. But change will happen, inevitably. You can mourn on the past and fear the future, but you cannot freeze the present. Being alive is being in motion, changing, growing, failing, falling, getting back and moving forward. The world is at its best with the elements it has. Once you’ve embraced this simple statement and fact, you can act first on yourself then on others and the world.

We can blame finance, the stock exchange, ISIS or Richard Nixon for all the problems the world is facing. Or we can be happy that we are living in a world that is better that the world of our parents and grandparents. I know many people think the good ol’ times were much better. But factually they were worse for a vast majority of people, this has been demonstrated factually. However, people forget and embellish the past. Now is better than Then. And we act Today to make Tomorrow better, not to make Today like an imaginary Yesterday.

You can’t choose the Now you want to live in, but you can decide how you live it. It’s your decision and not anybody else’s decision. It may not be an easy one, but there’s only one Now and there are multiple ways to live it. However, the only right way, IMHO, is to enjoy it fully as much as we can even if the Now is dire.

Space Oddity, a dreamlike ode to space travel

Since last Monday, there have been overwhelming tribute to the late David Bowie. Sales of BlackStar, his last album, launched two days before he died, have surged to a point of becoming number one in the UK. I have not been a die-hard fan of Bowie, but have enjoyed many of his songs, danced on Let’s dance. Modern Love and China Girl, listened thousands of time to Ashes to Ashes, but no other songs made as strong an impression on me as Space Oddity.

480px-Bowie_SpaceOdditySingle

While thinking about Space Oddity and browsing Youtube, I found the original video of the song:

It’s a very interesting version compared to the one that is most commonly known:

I do not know which I prefer, but it almost seem two different songs, the 1972 version adding more instruments and changing the voice completely. Not even talking about the almost dreamlike images of the 1969 versions, compared to the almost dull images of the 1972 one (honestly, the guitar rifs are not even synced with the music, but eh, we are in the 70’s…)

I discovered the version Chris Hadfield recorded in the ISS while reading his book (wrote a blog post on this):

This last one takes a new flavor now Bowie’s gone. It’s probably not the best version of the song, but it’s the only one (with some changes in the words) that is resonating with a real in space experience.

One of the reasons this song has such an impact on me is probably the fact I always been interested into flying and I wanted to be a fighter pilot until the day I was forced to wear glasses, and needed to forget my dream (that I overcome by getting my windglider pilot license at 17, more than a year before my car driving license). I still love flying today, although I do not pilot gliders anymore, but I still believe it’s temporary.

Having said all this, what is the song that made a strong impression on you and that you are still singing or whistling years after, and that makes you happy?

Le lâcher-prise est nécessaire pour une bonne santé mentale

https://unsplash.com/kylry

https://unsplash.com/kylry

Jour 701 J’ai entendu le terme lâcher-prise il y a de nombreuses années alors que je montais à cheval. Tout cavalier sait que pour monter à cheval correctement, il faut un savant mélange de décontraction pour faire corps avec l’animal et de détermination pour rester le maître à bord. C’est un art et une science subtiles, et donc découle d’énorme satisfaction quand vous sentez cette communion avec votre monture. Cet état n’est pas du détachement, un « je n’en ai rien à faire », c’est l’eau qui coule sur les plumes du canard sans y pénétrer et c’est un état nécessaire à qui veut vivre une vie harmonieuse et sans stress inutile.

J’ai appris le lâcher-prise avec mon ami Bernard Alexandre, avec qui je montais à cheval, et continue à l’entretenir au quotidien au travers de la méditation. Mais vous allez me dire, ça permet quoi ? Pêle-mêle : de ne pas s’énerver, de ne pas se laisser imprégner par les émotions négatives, de comprendre l’autre, d’améliorer son écoute, de vivre le présent sans le poids du passé et l’incertitude du futur, tout simplement de vivre en étant soi-même sans que les événements négatifs n’aient un trop grand impact sur sa vie.

Maintenant, il convient d’être à la fois simple et réaliste. Simple, le lâcher-prise ne l’est pas. On ne décide pas de lâcher-prise en claquant des doigts. Cela demande du temps et de l’entrainement (oui, je sais, il va falloir encore travailler dur), et chacun trouve son chemin : yoga, méditation, tai-chi, respiration, etc. Réaliste, cent fois sur le métier remettez votre ouvrage. Il faut entretenir sa technique tous les jours. Elle est évanescente et ne demande qu’à être entretenue pour pouvoir être disponible quand vous en avez le plus besoin. Voici un petit test à réaliser pour voir où vous en êtes, et un article pour une perspective psychologique. Essayez et accrochez-vous, trouvez le bon équilibre sans tomber dans la nonchalance, vous verrez, cela vaut vraiment le coup !

Éloges de la lenteur… et de la vitesse

https://unsplash.com/kseny

https://unsplash.com/kseny

Jour 656. Dans un monde dans lequel tout va de plus en plus vite, beaucoup font l’éloge de la lenteur. Il y a de la beauté dans la lenteur. La lenteur permet d’apprécier les détails d’un paysage, permet de respirer, permet de réfléchir pour ne citer que quelques-uns des bénéfices de la lenteur. J’adore le bruit de l’eau sur l’étrave d’un voilier poussé par une molle brise. J’adore aussi les bruits d’un Hobie Cat aux limites sous un vent frais la grand-voile étarquée. Et l’éloge de la lenteur rejoint celle de la vitesse.

Quel bonheur de sentir le vent sur son visage en descendant une piste de ski tout schuss. Quel bonheur de ressentir l’accélération d’une moto sur une route de campagne. Quel bonheur de ressentir la vitesse du Hobie Cat dont je parlais à l’instant. Lenteur ou vitesse, il y a un temps pour chacun. Aucun n’est intrinsèquement bon ou intrinsèquement mauvais. Tout dépend du point de vue de l’observateur et du moment de l’observation.

Ces éloges de la lenteur et de la vitesse sont une des beautés de la vie. Il y a cependant un temps pour chacun et un temps où on voudrait aller lentement et l’environnement nous demande d’aller vite. Cela nous oblige à avoir un moteur et des freins puissants. Un moteur qui peut accélérer quand on appuie sur la pédale d’accélérateur et un système de freinage qui peut nous arrêter en tout sécurité en quelques mètres. Cela signifie être en capacité de le faire, physiquement et intellectuellement. Cela renvoie à mon billet de la veille.

La vie est faite de compromis et d’efforts, de joies et de larmes, de succès et d’échecs. Tout est question d’équilibre, d’espoir et d’actions. A nous de ne pas juger à la légère, mais de réaliser que chacun fait ce qu’il peut au moment où il le fait, et que la beauté est avant tout dans l’œil de l’observateur !

Aspiration, motivation and the art of living

https://unsplash.com/mattlee

https://unsplash.com/mattlee

Day 651. Whatever you do, are you motivated? Do you go to work with a smile on your face on Monday morning? Last week, we came up with an interested idea. Here it is. We all have goals in life. It can be a trip to make, a budget to reach or a just somebody to please. Now, here are two simple question: does this goal motivate you? Is it something you aspire to do? Delivering a goal may not be motivating, it’s just, sometimes, doing what you are paid for or what you can do without much effort.

With this in mind, if you were to miss that goal, you may not be sad. And if you were to reach that goal, you will be happy but may be not completely fulfilled. Now, imagine you define the goal as something to exceed by an amount that excites you. Let’s take an example. You have a sales target of x. You know that the real potential of your market is ten times your target. Your aspiration could be to reach twice this target. This would put you as one of the best sales person and will help your career tremendously. What will you do? Will your aspiration motivate you more than the target? If you decide to reach your aspiration, will you maximize your opportunities and strategies? Will this be force you to go out of your comfort zone?

Of course, if you do not have a sales related job, you can apply this to your own measurements. The fact is you can apply this to all areas of your life. Going beyond is the whole idea. Finding the motivation to do more, to be excited by what you do on a daily basis. With the right motivation, you will do more, with ease and pleasure, and you will ultimately find fulfilment. So next time you set a target, look beyond. Find the right increase of this target to increase your motivation and live better! This is one of the ways to create a life that will be like no others.

Passé, présent et futur, comment faire la paix avec vos questions

https://unsplash.com/joshuaearle

https://unsplash.com/joshuaearle

Jour 644. J’ai déjà écrit sur ma philosophie de vie : le passé n’existe plus, le future n’existe pas encore, seul le présent compte. Inutile de regretter le passé, inutile de se faire des soucis pour votre futur, seul ce que vous faites maintenant a de l’importance. Voici quatre moyens de faire la paix avec toutes les questions qui vous assaillent au quotidien.

  1. Vous avez des regrets à propos de ce que vous avez fait dans le passé et aimeriez avoir fait différemment, demandez-vous comment le faire maintenant et faites-le ! Impossible ? Alors, arrêtez de regretter, vous ne pouvez pas changer le passé. Décidez que ce dernier n’a pas à pourrir votre présent. Plus facile à dire qu’à faire ? Faites-vous aider ! Trouvez le bon thérapeute et nettoyez vos écuries d’Augias.
  2. Vous avez des angoisses à propos de votre futur. Couchez-les sur le papier, demandez-vous ce que vous devez faire pour les faire taire. Pas simple ? Non, si c’était simple, il n’y aurait pas de philosophes, de psychothérapeutes et autres psychiatres pour nous aider. Mais, il n’y a aucun autre moyen que d’agir pour réduire ces angoisses à néant.
  3. Vous n’êtes pas satisfait de votre vie actuelle. Prenez une feuille de papier, séparez-la en deux colonnes, à gauche listez tout ce dont vous êtes fier et qui vous rend heureux, à droite, listez tout ce que vous souhaiteriez changer car cela vous rend malheureux. Une fois les deux listes faites, relisez tous les matins pendant 30 jours la liste de gauche. Triez celle de droite en commençant par l’item le plus important pour vous et ainsi de suite jusqu’à l’item le moins important, puis faites un plan pour résoudre chacun d’entre eux et agissez, un élément à la fois.
  4. Remerciez pour ce que vous avez, ce que vous êtes, tous les jours. Regardez le ciel, un arbre, la personne qui vous est la plus chère et remerciez l’univers, Dieu ou vous-même. La gratitude est un sentiment trop oublié, mais tellement puissant. Tous ces petits mercis s’accumulent et deviennent une puissante force du bonheur.

Dans tous les cas, quelle que soit votre situation, vos doutes et vos regrets, une seule chose compte : ce que vous en faites ! Pensée sans action n’est que champs de ruine. C’est l’action qui rend heureux et qui permet de taire la petite voix salope qui cherche à miner vos efforts. Faites-la taire en agissant ! Rappelez-vous, seul le présent est réel, le passé et le futur ne sont que des constructions mentales. Et c’est vous qui contrôlez vos pensées.

Objectivité et subjectivité, tout est dans l’œil de l’observateur

https://unsplash.com/bkotynski

https://unsplash.com/bkotynski

Jour 636. Tout un chacun est plus ou moins prompt à réagir à la critique ou à trouver un objet, une action ou un paysage, laid ou beau. Mais la laideur, la beauté, ou la critique sont dans l’œil de l’observateur. Ce sont le résultat de nos histoires internes. Ce qui peut plaire à certains déplaira à d’autres, c’est ce qui fait la diversité de ce monde. A partir du moment où une décision doit influencer le plus grand nombre, l’objectivité factuelle devrait prévaloir. C’est pourtant souvent la subjectivité de quelques-uns qui prévaut.

Quand quelque chose nous déplait ou quand nous sommes enclin à porter un jugement de valeur, posons-nous la question du pourquoi ? Déconstruisons l’histoire que nous nous racontons, elle existe forcément ! Non pour la remettre en question, nous avons chacun nos valeurs, nos croyances et notre culture, mais simplement pour en considérer un point de vue autre. Cela a pour effet de ne plus juger sur ce que l’on voit, ressent ou pense, mais de mettre en perspective que la diversité de point de vue permet de faire grandir l’esprit et les relations humaines.

La beauté et la laideur sont des constructions mentales. Les conclusions que nous en tirons sont les nôtres et sont seules à influencer notre bonheur. Nous avons toutes les clés de notre bonheur, ne fermons pas les portes, ouvrons-les en grand !

5 little things that will make you smile everyday and contribute to your happiness

https://unsplash.com/quanlightwriter

https://unsplash.com/quanlightwriter

Day 618. Happiness is a choice. It’s not always an obvious one when life hits hard, but that’s one you can practice every day. Here are 5 little things that may go unnoticed, but will help big time if you celebrate them daily.

  1. You are alive. That may sound weird, but one day, our own life will end. Until that day, celebrate every single day you wake up alive. It’s another wonderful day ahead of us.
  2. Every action you planned and done. Tick! Done! A shot of dopamine, the happiness hormone! Dance, smile, hug you! It’s a tiny victory that compounds over time and makes you happier and happier.
  3. Say hello to a stranger. And smile. Just smiling at someone and saying hello provide a shot of another hormone, oxytocin, also called the hormone of love. It fights cortisol (and therefore stress).
  4. Your morning coffee/tea/juice. Whatever you drink or eat in the morning, just take one minute to savor each second and thank the universe, god or whoever you believe in.
  5. Say I love you to a friend, your spouse or whoever is helping you or has helped in the past. Love is essential to everybody. I love you are the three most powerful words you can use to show gratitude.

Happiness is not hard. Even if you are at the bottom, stressed, unhappy with your life, practicing those five simple acts will bring magic back into your life. Things do not happen by magic, they come to those who seek them, and sometimes, what is required is just a first simple step!

Happiness, smile and music

(c) The Piano Guys

(c) The Piano Guys

Day 611. Okay, yesterday’s post was a rant. Not really against our politics who, by design, are freaking liars, but against stupidity of our world that seems more interested by scandals and trivialities, than real questions and challenges. Hopefully, there’s a ton of persons who are seeing things positively, who contributes to happiness, who help building a never ending better world. The video below is one of those moments. I love music, particularly classical music, and a piano is on my gift list (mine does not work anymore, grrrr).

I just bumped on the below video. Three things made me smile in this video: the beat, the smiles, the ice. Whether you like “Let It Go” from “Frozen” or not (or cannot listen to it anymore :-)), the mix between Vivaldi’s Winter and Let it Go is well managed and joyously played. The piano and cello players are just looking as they are enjoying themselves, so refreshing when most people complain about their job. The ice castle is wonderfully made and wait until the last images for a full view. Enjoy, and I hope it will make you smile as it made my day.