Et encore un ! Intelligence Artificielle avec AWS

Insatiable ! Je ne sais pas si c’est une qualité, une forme de TOC ou un énorme défaut. Le Larousse nous rappelle qu’il qualifie une personne « dont les désirs ne peuvent être comblés. » Peut-être ne suis-je pas insatiable, puisque je me sens comblé. J’ai peut-être juste un besoin de m’exprimer, de prouver ma valeur aux autres et a moi-même, de ne pas sombrer dans l’océan d’indifférence dans lequel on se trouve parfois, ou tout simplement, un besoin de créer, de transformer des idées en réalité. Ce dernier opus de ma bibliographie, intelligence artificielle avec AWS, a en tout cas été compliqué, m’a mis en difficulté et me rend très fier du travail accompli.

Intelligence artificielle avec AWS, couverture

L’intelligence artificielle est un sujet dont tout le monde parle, le plus souvent à tort et à travers, alimenté par les dystopies et utopies d’Hollywood. Pourtant, la réalité n’en est que plus fascinante et effrayante. Dans ce livre, je m’efforce de démystifier l’IA et de la rendre accessible aux développeurs afin qu’ils puissent l’intégrer à leurs applications.

J’utilise pour ce faire les services d’IA d’Amazon Web Services et construis avec eux des applications simples de reconnaissances d’images, de traduction ou de prévision numérique. En voici la table des matières :

  • Intelligence artificielle, mythes et réalités
  • Mettre en œuvre des projets d’IA avec AWS
  • Écrivez-moi, parlez-moi, je vous réponds
  • Ce que je vois, je le retiens
  • Quand la machine se met à apprendre
  • Annexes

Vous trouverez la table des matières complètes ici et pourrez acheter la version papier ou numérique .

À qui s’adresse ce livre ?

À toute personne ayant un background technique et qui veut comprendre ce qu’est réellement l’intelligence artificielle. Nul besoin d’être un champion de la programmation pour en tirer des bénéfices. Il convient juste d’être curieux et de vouloir réellement comprendre ce qu’est l’IA. Vous y apprendrez comment fonctionne l’apprentissage profond et les réseaux de neurones formels. Enfin, vous verrez comment pouvoir rapidement en tirer partie.

L’IA n’est plus une affaire de spécialiste. Prenons un parallèle simpliste, il n’est pas nécessaire de comprendre comment fonctionne un moteur à explosion pour conduire une voiture. Inutile de savoir comment est programmé un index dans une base de données relationnelles pour récupérer rapidement des données. L’IA est arrivée à ce même niveau de maturité. Il est inutile de comprendre les arcanes de la programmation d’algorithme d’apprentissage profond pour faire de la reconnaissance d’image, de la traduction à la volée ou des prévisions numériques. Il suffit juste d’apprendre à utiliser ces algorithmes et à en comprendre les quelques subtilités visibles.

Je vous souhaite bonne lecture et vous remercie d’avance pour votre confiance !

Sagesses, pensées, aphorismes…

« C’était le meilleur et le pire de tous les temps, le siècle de la folie et celui de la sagesse ; une époque de foi et d’incrédulité ; une période de lumières et de ténèbres, d’espérance et de désespoir, où l’on avait devant soi l’horizon le plus brillant, la nuit la plus profonde ; où l’on allait droit au ciel et tout droit à l’enfer. »

Ainsi commence Un conte de deux villes, livre que l’on trouve aussi sous les titres Un conte de deux cités et Paris et Londres en 1793, de Charles Dickens. J’aime relire ce paragraphe, car à chaque nouvelle qui secoue le monde, de la crise des subprimes en 2008 à celles des gilets jaunes en France en 2018, du mur de Donald Trump à l’effondrement du Venezuela, de la victoire des populistes au Brésil à l’émergence de la Chine – qui s’est bien réveillée, merci Monsieur Peyrefitte (le livre date de 1973, pour ceux qui se demanderait de quoi je parle) – les médias nous rebattent les oreilles avec les horreurs de notre société moderne. Alors oui, ce temps est le meilleur et le pire de tous les temps. Proportionnellement, le pire se produit peu, le meilleur beaucoup.

Je me retrouve alors dans le même état d’esprit que pendant la crise des subprimes : je compatis avec toutes les personnes touchées par le malheur et la difficulté, relative en France, de la vie, mais je suis profondément optimiste, tourné vers le futur et en permanence à la recherche de moyens et d’actions qui me permettent de progresser et de faire progresser le monde. Et je suis révolté et attristé de l’ambiance mortifère que les médias entretiennent et diffusent en permanence à la télévision et maintenant sur les réseaux sociaux, je reviendrai sur ce dernier point dans un futur billet.

Alors, je reprend mon stylo numérique et je me replonge dans la sagesse des sages, anciens et modernes. Et puis, il y a quelques jours, je reçois un mail d’Amazon, intitulé Concours d’écriture du Développement Personnel. Le hasard n’existant pas, l’alignement des étoils est magnifique à contempler. Il y a alors du travail qui m’attend sur ce blog et dans le monde de l’écriture. Entre mes lectures, 52 semaines de sagesses et mon intérêt personnel pour ce qui s’appelle développement personnel, il y a certainement une faille dans laquelle m’engouffrer.

Alors dans les semaines suivantes, je vais prendre un peu de temps pour faire deux choses, en plus de mes obligations professionnelles, familiales et personnelles :

  1. Écrire sur ce blog autour de trois livres : Sadness, Love, Openess de Chokyi Nyima Rinpoche, The intelligent investor de Benjamin Graham et Un conte des deux villes de Charles Dickens. Pourquoi ces trois-là ? Le premier m’a été offert par le Rinpoche lors de ma visite à Katmandou en décembre dernier, rencontre improbable et d’une richesse incroyable. Le second est la bible de tout investisseur à long terme, le livre qui élimine les hoquets du court terme pour créer de la valeur à long terme. Le dernier est une source d’inspiration pour comprendre le présent à partir du passé. Je retrouve donc toutes les idées qui font que j’ai commencé ce blog il y a plus de 10 ans maintenant et qui vont me permettre de le continuer en y apportant un maximum de valeur.
  2. Participer à ce concours d’Amazon. Je ne sais pas encore comment ni réellement combien de temps je pourrais y consacrer, j’ai mes idées et j’y reviendrais certainement ici aussi. Je n’en dirais pas plus pour le moment car ces idées ont besoin de maturer, de prendre de l’âge. Mais ce concours est rentré en collision avec une idée que j’avais dans mes tablettes depuis un moment. Deux étoiles forment une droite qui indique deux directions, à moi de choisir la bonne.

Je vous laisse sur cette pensée simple exprimée par Chokyi Nyima Rinpoche dans son livre : « rien n’existe de façon indépendante ». Ce qui se traduit pour moi : rien n’arrive par hasard !

Bonne et belle journée !

Crédit photo Debby HudsonNathan DumlaoCarl Raw et Art Lasovsky sur Unsplash

Le hasard n’existe pas

Si j’ai écris un autre post portant le même titre, celui-ci n’a pas grand chose à voir… quoi que ! A vous de voir !

Il y a quelques jours je posais le pied pour la première fois au Népal. Venu pour faire une présentation sur l’application de l’Intelligence Artificielle au marketing et à la publicité, je n’avais pas anticipé l’incroyable rencontre que j’allais faire. A peine arrivé à l’hôtel, la réception de bienvenue à l’évènement m’appelait. Étant un des intervenants, il m’était difficile d’y échapper. J’étais en conversation le directeur général de Daraz, l’Alibaba local (qui venait d’ailleurs d’être racheté par Alibaba), quand nous avons été interrompus. Une personne voulait parler de son expérience avec le site Daraz.

De fil en aiguille, cette personne, Alnoor, nous présenta un moine tibétain avec lequel il était venu, car habitant chez lui pendant que son monastère était en réparation. Et puis d’internet nous en vîmes à nous présenter et me présentant en tant que Français, Alnoor me demanda si je connaissais Matthieu Ricard. Étant abonné à son blog, je confirmais que oui, je connaissais son nom et son action. Alnoor me proposa de le rencontrer. Rendez-vous était donc pris pour le lendemain matin. Il verrait si la rencontre pourrait avoir lieu.

Debout avec difficulté en raison du décalage horaire et après quelques messages WhatsApp, je partais en direction de Bodhnat, de l’autre côté de Katmandou où je devais rencontrer Alnoor pour l’accompagner à l’université de Katmandou, pour y suivre un cours sur Buddha-Nature. Je me trouvais un peu décalé, n’ayant pas de base bouddhiste, mais je captais quelques concepts intéressants. Le merveilleux était cependant à venir. A notre sortie de la salle de classe, nous tombons quasiment nez à nez avec Chökyi Nyima Rinpoche, le moine supérieur (on dirait abbé dans la tradition catholique) du monastère de Ka-Nying Shedrub Ling. En évoquant la conférence que j’allais faire le lendemain sur l’Intelligence Artificielle, il m’invite à le rejoindre, avec d’autres, pour discuter de l’IA.

L’heure et demie qui suivra sera riche d’enseignement et d’échange, autour de l’IA, de ces implications dans la vie des hommes, de l’éthique. Ce moment culminera par le cadeau et la dédicace du livre du Rinpoche, Sadness, Love, Openess. J’aurais l’occasion de revenir sur les détails de la discussion autour de l’IA et du point de vue du Rinpoche. Une chose est certaine cependant, la bienveillance du bouddhisme et la philosophie du respect du vivant peuvent être riches d’enseignements pour l’IA et son éthique. Un merveilleux sujet pour de futurs articles. Namasté !

Contrat signé pour un nouveau livre

J’ai signé il y a quelques jours un nouveau contrat avec les éditions ENI pour un livre dont le sujet est Comment faire une excellente présentation et parler en public en toute confiance. Le titre final n’est pas encore défini, la table des matières oui en revanche et les 40 premières pages écrites.

A destination de toutes les personnes qui ont besoin de s’exprimer en public, il se focalise sur comment améliorer sa voix et ses présentations, en s’appuyant sur les outils de présentations disponibles du le marché, de PowerPoint à Canva en passant par Prezi et Sway.

Présenter et parler en public est la rencontre de l’art et de la science. Que vous soyez débutant ou présentateur aguerri, mon objectif est de vous apprendre quelque chose et de vous faire devenir encore meilleur. 30 ans d’expérience condensés en quelques centaines de pages. En avant première, deux paragraphes de l’introduction qui vous donneront un aperçu du ton et du contenu.

 » « On naît orateur » est une phrase destructrice. Elle sous-entend que si vous ne savez pas parler en public, vous ne le saurez jamais. Heureusement, la science nous a appris que toute aptitude s’acquiert. Dans son remarquable ouvrage, Changer d’état d’esprit : une psychologie de la réussite, Carol Dweck, son auteure, nous apprend qu’en changeant d’état d’esprit, il est tout à fait possible d’acquérir toutes les compétences possibles à ses rêves et que rien n’est prédestiné. L’épigénétique et la plasticité cérébrale ne font, depuis, que renforcer nos connaissances de notre adaptation à l’environnement et à ce que nous voulons être.

Parler en public fait donc partie de ces compétences qui s’acquièrent. Bien évidemment, ne devient pas orateur qui veut en quinze jours. Cela demande de la méthode, du travail et des efforts. Démosthène, grand orateur Grec de l’antiquité, était bègue. Georges VI, roi d’Angleterre de 1936 à 1952 et père d’Elizabeth II, était lui aussi bègue. Ces deux grands hommes surmontèrent ce handicap, l’un en s’entrainant à parler avec des cailloux dans la bouche nous dit la légende, l’autre à force de travail avec son orthophoniste australien Lionel Logue. Si ces bègues ont réussi à surmonter cette déficience et à devenir des orateurs brillants, tout un chacun peut y arriver. »

je publierai d’autres extraits avant correction sur ce blog au fil de l’écriture pour vous donner envie de lire le livre final. Publication prévu au printemps prochain! En attendant, je ne peux que vous conseiller de lire mon livre précédent, Cloud privé, hybride et public.

Cloud privé, hybride et public - Quel modèle pour quelle utilisation ? Un état de l'art et des bonnes pratiques.

Crédit photo Xan Griffin sur Unsplash

11 facts about your Thyroid

With the recent challenges of Levothyrox in France and the recent video from Arte on the drop of IQ for the last 20 years. I found useful to learn more about thyroid and wanted to share this infographics from Positive Health Wellness. Thyroid is a vital gland and plays a huge role in our well-being. I am preparing a post about how the world lost common sense. Science has made incredible progress of the last century and we have a better understanding of health related issues now than we never had. However, with science comes powerful lobbies that want to protect their own short-term financial interests.

11 Facts About Your Thyroid

We all know that knowledge is a two-edge swords. It’s what you do with it that can become a weapon of mass destruction or an opportunity to increase people well-being. We know more know about the positive role of iodine and the negative ones of endocrine disruptors than ever. However, the chemical industry wants us to believe all this is much ado about nothing! Some really simple things and behaviors can have a tremendous effect on our health, longevity and well-being. Knowing your thyroid and what it do for you is important.

The world is a wonderful place. Let’s spend some time to learn more about how it works and how the human body works so we can make more informed choices. It’s nothing complex. It’s just time and little effort, for huge rewards!

50 Thoughts That Can Motivate You to Do Anything

Sometimes it’s hard to motivate oneself. We all have bad days. Those mornings when we are faced with tons of stuff to do and not a clue where to start (although, just starting anything is the best decision on those mornings). Those situations when the guy you are talking to is so negative and sends you so many bad things, you think your world is gonna end (hey, you know, his/her day does not need to be yours, just ask what is the source of their grief, be empathetic and move on). Anyhow, for those bad days, and all the other numerous good ones, just keep this list handy. It’s the best 50 self-motivating ideas you can have a look at in the morning, before going to bed or just use in your next meditation.

It’s not about Coué’s method or funky positive thinking mumbo-jumbo. It’s a simple reminder that discipline, hard work and passion are the better engines for success. And as a friend of mine used to say: either you win or you learn. This helps you looking at failure as a great opportunity to learn and make progress!

A while back I wrote 7 simple ways to get motivated on Monday. Those 50 thoughts that can motivate you to do anything are a wonderful add to my post, I encourage you to print them, to get them handy in your OneNote or just to read them every day. Nothing can resist passionate people. Yes, there will bad days, there will be learnings, just stay put and continue believing in yourself whatever the morons tell you. And my experience has taught me that there are many, many morons out there. Just ignore them!

Photo by Fab Lentz on Unsplash

 

How to lose a customer forever, in less than two minutes!

Customer service can nurture customers and make them loyal for life, or make them fly away and lose them forever. This depends on the way customers are treated. With today’s plethora of offering, power of choice and social media, customer service has become totally critical. Let me tell you about a personal story that happened a couple of days. Although I had prior reservations due to relatively poor service, location was just great and this was a favoring factor for choosing this hotel again. This is where they lost me!

I booked it online, through our internal travel booking system. I realized no more than two minutes later that the chosen dates were wrong. Hey, sh*t happens, I just mixed up things in my mind! I therefore cancelled this booking exactly at the time I realized my mistake. However, because it was an online booking, my credit card was charged of the full amount of the booking. In case you wonder, what the booking dates were, they were almost a month ahead. It was not like I cancelled for the same day, no, the hotel has plenty of time to rebook the room . It was therefore not a net loss for them, however, this booking had a NO CANCEL, NO REFUND policy. I just did not pay attention to the fine prints.

NO REFUND POLICY SUCKS!

A NO REFUND policy is a clear customer rip off to get people to book at a higher price to pay for a partial/total refund policy. Of course, you can say I should have read the fine prints before clicking the Book button. Would it have changed something, probably not, as at that time, I had not realized my dates mistakes, and I was 100% committed to be at that place at that time. On top of this, my credit card has a cancellation insurance attached to it, so the risk was almost nil!

Despite the fact I’m stupid and should have read the fine print, I find having such kind of policies sucks. It feels a way to make money on mistakes. Of course, I’m not completely stupid and know there are some frauds on the markets. People will abuse some lose policies, however applying a no refund policy a month before the actual booking is a clear message to me: this particular company is either not successful and need to make extra money, or is just not customer oriented. In both cases, it triggers a red flag!

GOOD BYE!

This experience reminded me two things: 1. Read the fine print, morons will continue to exist and will continue catching stupid people like me, just because they want to catch flies with honey. 2. Run away from vendors who apply those kinds of policies if possible, since this attitude will tell you how their customer service work, and you are at risk of being deceived later if not sooner. Customer service needs to think how to « service customers », not to maximize profits at the benefit of customers. This sounds obvious, however, very often forgotten . I’ve always seen this in many industries. Very stringent policies are never pro-customer, they are pro-vendors, and to me it’s a total deterrent. So, here’s a hotel that I will not book in anymore. It just lost me, forever!

If you have to set policies for your commercial activities, ask yourself who they protect? Yourself or your customers? Putting yourself in the shoes of your customer will generally give you the right answer. A company lives thanks to its customers, not because of them. So easy to forget!

8 men own the same wealth as the poorest half of the world

The title of this post is the one of an article found on the World Economic Forum web site. Everybody wants to be wealthy, it’s all a matter of the size of the wealth. Another article on the same web site, written by the Executive Director of Oxfam, goes into some additional details. The video below, embedded in both articles, illustrates the basic idea of the gaps that exist between the richest and the poorest.

Wealth sharing

Even though the poorest are less and less, which is a good thing, because it brings more stability and health for everybody, the richest people get richer. You can see this in the below chart showing the share of global wealth in the last 6 years.

Share of global wealth, 2010-2015
Image: Oxfam

A lot of food for thoughts, that need to drive the governments across the planet to change the way they tackle this share of wealth, and how to continue creating a more human economy.

Basic Income

Capital in the Twenty-First Century by [Piketty, Thomas]Although I do not see the creation of a basic income for everybody as the solution to this reduction, I’m not an economist and I do not have the knowledge to make a decision, but at least to have an opinion. When you cross this with the reading of the Capital in the 21st Century, by Thomas Piketty, it makes you think that our current economic model is doomed.

So what is the solution? Well, read Piketty, makes yourself your own opinion and start something, even small. I think we have all the tools to change the world dramatically. As Ghandi said: « You must be the change you want to see in the world », so what change do you want to be?

Not only those two articles are interesting, the video that you will find at the end of the first is really insightful. I look forward to your comments.

Top Photo by Madi Robson on Unsplash

Simplicity is the ultimate sophistication

“A designer knows he has achieved perfection not when there is nothing left to add, but when there is nothing left to take away”. This quote from Antoine de Saint-Exupery, the author of the marvelous book, The Little Prince, describes the paramount of simplicity. As the title of this post, attributed to the great Leonardo da Vinci.

In simplicity lies an inherent beauty. If you like beautiful objects or architecture, you will agree that simplicity is beautiful, but requires mastery. Look at a chair designed by Philippe Stark or the Guggenheim museum designed by Frank Lloyd Wright, you cannot but be surprised by the rightness of the design and its simplicity. However, take the Guggenheim. It took Wright 15 years, 700 sketches and 6 sets of drawings to create the museum. An enormous amount of work.

Most our lives are cluttered with unnecessary items, people or occupations. I may sound provocative saying this. We all live more and more busy lives, but are we living fulfilling lives? Look at what you are doing every day, and honestly decide what really fulfils you? What if you decided to get away what is superfluous to only keep bare necessities?

Pareto is the rule

You may know the Pareto principle, also known as the 80-20 rule. This principle states that 80% of the effects come from 20% of the causes. For instance, 80% of the sales come from 20% of the customers, or 80% of your results come from 20% of your efforts. This applies to everything in life. Not always in this ratio, but more often than not. And we can take this principle as the guiding principle to simplify our lives. Get rid of the 80% and focus on the 20%. Not only you’ll save times, you’ll increase quality!

Marrow is inside the bone

If you like marrow, you need to cut the bone in half. You need to go deep, stripping off the flesh. You cannot get marrow if you stay on the surface and are complacent. Think about your job, your relationships, your house, your family, your friends, your garden… Think about what you can take away to get to the marrow.

We tend to complicate things, because we are not clear in our minds. Clarity drives simplicity. When you simplify, you take off all the unnecessary layers, and once to the bone, you can get to the marrow, the treasure.

Simplicity makes life easier

A way to simplify is to get rid of things. For instance, if you buy a new shirt, get rid of an old one. Avoid accumulation. Simplicity is keeping things lean. Next time you have to deliver a speech, create a PowerPoint presentation or write a report, add an executive summary at the beginning, and for each information you add to the document/speech, ask you that question: if it this information is taken away, will my document still be understood? If you answer yes, take it away. Do not shy away from stripping things to the bone, you will get to the marrow.