Retourner en bourse…

Est-ce le moment ? Avec le rebond de la semaine dernière et celui des bourses asiatiques de ce matin, la reprise semble là… Bien évidemment les Cassandre vous diront que non, que le CAC 40 n’a pas encore atteint ces plus bas, que les faillites de banques aux USA sont encore à venir, que nous allons trouver d’autre Maddoff… Alors, reste le camp de ceux qui croient, dont je fais partie. Ceux qui croient qu’on ne peut jamais rentrer tout à fait en bas et sortir tout à fait en haut, mais toute chose étant égale, il faut mieux rentrer presqu’en bas et sortir presqu’en haut !

Alors, oui, je pense que le moment est excellent pour retourner en bourse (pour investir à la hausse). Et tout ceci dans une perspective long terme, mais sans complètement éliminer quelques coups court-terme à faire.

Rome ne s’est pas faite en un jour et qui ne tente rien n’a rien, disent les adages. Laissez-vous tenter !

Règle numéro 5 : Investir à long terme

A midi, en voiture, j’écoutais les grosses têtes en podcast, la dernière émission avec Marc Fiorentino, venu parler de son dernier livre, Un trader ne meurt jamais. Deux choses: un, il a dit faire tapis sur du CAC 40 avec ses droits d’auteurs (je m’en vais me placer rapidement sur du tracker CAC 40), deux, ça m’a rappelé qu’il était temps de reprendre le chemin de ce blog.

La bourse n’est pas un endroit pour les amateurs, croit-on ! Il est clair qu’avec les portefeuilles boursiers qui ont fondu comme neige au soleil ces derniers mois, une méfiance des marchés financiers s’est installée. Et je pense qu’elle est là pour longtemps (tout est relatif, disait Albert). Il est vrai que le CAC 40 est passé de 6000 à moins de 3000 points, le Dow Jones de 14 000 à 7000 points, soit –50% en un an.

Graphique

Graphique

Maintenant, si vous regardez sur 20 ans les deux graphiques ci-dessus, vous constatez une augmentation substantielle : fois 3 (200% d’augmentation).

A titre de comparaison, hors effet de l’inflation, en ayant placé 1000 Euros (enfin 6560 Francs) en 1989:

  • sur un livret A (à 2,5%), vous auriez en 2009 environ 1600 Euros (64% de gain en 20 ans)
  • sur le CAC 40, vous auriez en 2009 environ 2000 Euros (100% de gain en 20 ans)
  • sur le Dow Jones vous auriez en 2009 environ 3200 Euros (220% de gain en 20 ans)

Ceci sans compter les éventuelles positions soldées et reprises en cours de route.

Alors évidemment les esprits chagrin me diront que sur une période de 10 ans, mes calculs et hypothèses s’écroulent. C’est vrai, c’est pourquoi j’ai intitulé cette règle celle du long terme !

Depuis le 11 septembre 2001, les marchés sont entrés dans une valse hésitation assez pénible pour les nerfs. Maintenant, ceux qui ont acheté en 2003 pour revendre en 2007 ont fait presque 100% en 4 ans. Pas mal pour du moyen terme sans trop de risque.

En conclusion, et pour suivre un des gourous de la finance, Warren Buffet (78 ans), je vous laisse méditer une de ses citations : “Our favorite holding period is forever” – “la durée favorite de nos positions est l’infini”.

A suivre…

On parlait de manipulation…

Je viens de tomber sur l’article le plus sombre de tous ces derniers jours: No Growth in China and Other Outrageous Prophecies. Pour ceux qui ne parlent pas l’anglais, voici les 10 prophéties pour 2009 :

  1. La révolution en Iran
  2. Le brut à 25$ (ce qui entraîne le 1.)
  3. Le S&P 500 à 500 points (il est à fin décembre à 880 et a perdu 40% de sa valeur en un an)
  4. L’Italie abandonne l’Euro
  5. Le Dollar Australien s’écroule face au Yen
  6. Le Dollar US revient à la parité de l’Euro, puis redégringole
  7. La croissance chinoise à 0%
  8. Les monnaies de l’Europe de l’Est s’écroulent
  9. Le prix des commodités s’écroule
  10. Le Yen devient la monnaie de référence

Que du bonheur ! Quelle belle année 2009 ! A vite oublier !

Mon point de vue sur la crise…

La crise, la crise, la crise… On ne parle que de la crise. On ne peut pas ouvrir le journal sans entendre parler de la crise. Alors j’ai décidé d’ouvrir ce blog pour parler de la crise aussi. Enfin, pas tout à fait… Je veux parler de comment passer au travers de la crise, sans se mouiller, sans y laisser son manteau, sans douleur. Car ce que je crois sur la crise, je l’ai résumé dans le mail envoyé ce jour en interne. Ce mail était en réponse à l’article de l’Express (de Maurice) sur Patrice Hardy, DG des hôtels Naiades à Maurice. Donc j’ouvre ce blog avec ce mail…

Je partage [ndlr le point de vue de Patrice Hardy], non par optimisme béat, mais par deux simples constats :

  • La crise est largement amplifiée par les médias (comme toujours puisque le lectorat aime le sang, donnons-leur du sang – panum et circenses disait César, ce n’est pas le succès de Paris-Match et autre Closer qui me contredira ici). Certes le CAC 40 a perdu 40% de sa valeur depuis janvier, mais comme nous étions dans une bulle financière (outrageuse), ce n’est qu’un juste retour des choses. Ce dont personne (enfin peu la presse et c’est normal, ce sont de bonnes nouvelles) ne parle et pourtant est sous nos yeux :
    • le dollar s’apprécie face à l’Euro, rendant les exportations européennes plus compétitives (et la Chine, entre autres, a stocké des milliards d’euros et de dollars pendant ces six dernières années en achetant de la dette américaine et européenne), et donc le prix du pétrole est moindre pour les économies européennes…
    • le baril de pétrole a chuté de plus de 70% depuis ses plus hauts de juin et de plus de 50% depuis janvier, et l’OPEP n’arrive pas à endiguer la baisse. Cela va avoir pour conséquence de faire baisser le fret passager et marchandise, donc de faciliter les échanges (le tourisme entre autre), une fois que les stocks acquis aux prix forts seront écoulés.
    • Les matières premières ont considérablement baissé (ferreux, non ferreux, agricoles), ce qui va aussi entraîner une baisse des prix, relancer mécaniquement la consommation, relancer la production industrielle et provoquer des acquisitions à bas coût aussi
    • Les taux directeurs de toutes les banques centrales ont baissé et tous les gouvernements ont ouvert des lignes financières aux banques pour relancer l’emprunt des entreprises (en particulier des PME courtes en cash)
    • L’économie est enfin assainie (le capitalisme a nettoyé ses écuries d’Augias) ou sur le point de l’être

Tout ceci pour dire que oui, il y aura un trou d’air (je suis particulièrement attentif à la consommation de fin d’année qui devrait donner le ton, ainsi qu’aux tendances du premier trimestre 2009), oui, il faudra redoubler d’effort pour vendre et s’en sortir avec les honneurs, mais c’est une unique période pour les entreprises pour :

    • Faire des affaires (les soldes ont commencé tôt cette année et vont durer…)
    • Consolider son cœur de métier
    • Tailler dans le lard et redevenir « lean and mean »
    • Augmenter ses parts de marchés, car c’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres
  • Toute crise est une opportunité et seuls ceux qui y croient s’en sortent grandis
  • C’est simpliste, mais je crois à la simplicité dans la matière économique (tant qu’il n’y a pas de filous qui trompent leur monde comme dans la crise des subprimes). Mais Je m’arrête, sinon, je vais noircir dix pages… 🙂

    Pour conclure, oui, il va y avoir quelques mois difficiles, mais comme tout chemin, c’est l’objectif qui compte et celui que je vois à l’horizon 2010 est plus que brillant. Mais pour arriver à 2010, il faut continuer à marcher. On avance, on avance, on avance, on n’a pas assez d’essence pour faire la route dans l’aut’ sens, alors, on avance…

    marc | gsm +230 259 83 13 | web http://ioiblog.spaces.live.com |blog http://marc-israel.spaces.live.com

     

    Voilà… J’ai ouvert ce blog pour vous donner ma vision de la crise et surtout mes meilleurs conseils pour la traverser sans dommage, voire en tirer partie…

    Marc