Mon point de vue sur la crise…

La crise, la crise, la crise… On ne parle que de la crise. On ne peut pas ouvrir le journal sans entendre parler de la crise. Alors j’ai décidé d’ouvrir ce blog pour parler de la crise aussi. Enfin, pas tout à fait… Je veux parler de comment passer au travers de la crise, sans se mouiller, sans y laisser son manteau, sans douleur. Car ce que je crois sur la crise, je l’ai résumé dans le mail envoyé ce jour en interne. Ce mail était en réponse à l’article de l’Express (de Maurice) sur Patrice Hardy, DG des hôtels Naiades à Maurice. Donc j’ouvre ce blog avec ce mail…

Je partage [ndlr le point de vue de Patrice Hardy], non par optimisme béat, mais par deux simples constats :

  • La crise est largement amplifiée par les médias (comme toujours puisque le lectorat aime le sang, donnons-leur du sang – panum et circenses disait César, ce n’est pas le succès de Paris-Match et autre Closer qui me contredira ici). Certes le CAC 40 a perdu 40% de sa valeur depuis janvier, mais comme nous étions dans une bulle financière (outrageuse), ce n’est qu’un juste retour des choses. Ce dont personne (enfin peu la presse et c’est normal, ce sont de bonnes nouvelles) ne parle et pourtant est sous nos yeux :
    • le dollar s’apprécie face à l’Euro, rendant les exportations européennes plus compétitives (et la Chine, entre autres, a stocké des milliards d’euros et de dollars pendant ces six dernières années en achetant de la dette américaine et européenne), et donc le prix du pétrole est moindre pour les économies européennes…
    • le baril de pétrole a chuté de plus de 70% depuis ses plus hauts de juin et de plus de 50% depuis janvier, et l’OPEP n’arrive pas à endiguer la baisse. Cela va avoir pour conséquence de faire baisser le fret passager et marchandise, donc de faciliter les échanges (le tourisme entre autre), une fois que les stocks acquis aux prix forts seront écoulés.
    • Les matières premières ont considérablement baissé (ferreux, non ferreux, agricoles), ce qui va aussi entraîner une baisse des prix, relancer mécaniquement la consommation, relancer la production industrielle et provoquer des acquisitions à bas coût aussi
    • Les taux directeurs de toutes les banques centrales ont baissé et tous les gouvernements ont ouvert des lignes financières aux banques pour relancer l’emprunt des entreprises (en particulier des PME courtes en cash)
    • L’économie est enfin assainie (le capitalisme a nettoyé ses écuries d’Augias) ou sur le point de l’être

Tout ceci pour dire que oui, il y aura un trou d’air (je suis particulièrement attentif à la consommation de fin d’année qui devrait donner le ton, ainsi qu’aux tendances du premier trimestre 2009), oui, il faudra redoubler d’effort pour vendre et s’en sortir avec les honneurs, mais c’est une unique période pour les entreprises pour :

    • Faire des affaires (les soldes ont commencé tôt cette année et vont durer…)
    • Consolider son cœur de métier
    • Tailler dans le lard et redevenir « lean and mean »
    • Augmenter ses parts de marchés, car c’est bien connu, le malheur des uns fait le bonheur des autres
  • Toute crise est une opportunité et seuls ceux qui y croient s’en sortent grandis
  • C’est simpliste, mais je crois à la simplicité dans la matière économique (tant qu’il n’y a pas de filous qui trompent leur monde comme dans la crise des subprimes). Mais Je m’arrête, sinon, je vais noircir dix pages… 🙂

    Pour conclure, oui, il va y avoir quelques mois difficiles, mais comme tout chemin, c’est l’objectif qui compte et celui que je vois à l’horizon 2010 est plus que brillant. Mais pour arriver à 2010, il faut continuer à marcher. On avance, on avance, on avance, on n’a pas assez d’essence pour faire la route dans l’aut’ sens, alors, on avance…

    marc | gsm +230 259 83 13 | web http://ioiblog.spaces.live.com |blog http://marc-israel.spaces.live.com

     

    Voilà… J’ai ouvert ce blog pour vous donner ma vision de la crise et surtout mes meilleurs conseils pour la traverser sans dommage, voire en tirer partie…

    Marc

    7 thoughts on “Mon point de vue sur la crise…

    1. Salut Marc,

      enfin un non-défaitiste ! Moi aussi je suis persuadé que 2009 sera une belle année et que toute crise révèle de sacrées opportunités. D’ailleurs, il y en a plusieurs qui ont su se gaver en exploitant l’effet accordéon des bourses ces dernières semaines : quand ça baisse brusquement et que ça remonte fort, il n’y a que les petits porteurs pour perdre du pognon. Mais c’est un autre sujet, qui nous mènerait trop loin.

      En attendant, tu peux toujours aller faire un tour sur mon blog, où on ne parle pas du tout de la crise (j’ai cru comprendre que ce sujet te hérissait un peu) mais seulement de traduction, rien que la traduction, toute la traduction…

      Et la prochaine fois que tu passes à Paris, fais-moi signe !

      Amicalement,

      Guillaume
      Site de traduction Anyword

    2. En complément de ce qu’a dit Guillaume, je crois que tout peut se résumer à “You are what you think”.

      Si vous croyez fermement en vos projets pour 2009, ça marchera.
      Si au contraire vous êtes convaincu d’être ruiné dans les mois à venir, ça marchera aussi.

    3. “Les matières premières ont considérablement baissé (ferreux, non ferreux, agricoles), ce qui va aussi entraîner une baisse des prix” Nimporte quoi mdrr

      • Zelda, quand j’ai écris cet article, fin 2008, la quasi totalité des matières premières étaient en chute libre (un petit tour sur n’importe quel site de bourse vous le confirmera). Malheureusement, la crise de la dette a occulté ces baisses et la speculation a pu reprendre. En même temps, en raison de la crise financière, les sociétés utilisant ces matières premières en ont profité pour maximiser leurs profits ou renforcer leurs fonds propres sans passer les baisses de prix au consommateur, et c’est sans doute une des ironies du système, je vous l’accorde !

    Leave a Reply