Jour 252 – Confort et ambition

ambitionConfort et ambition. Alors que je réfléchissais à mon avenir professionnel et reflétait sur les dernières années, les idées de confort et d’ambition me sont venues à l’esprit. Peut-on être ambitieux et être confortable à la fois ? L’ambitieux n’est-il pas celui qui repousse en permanence sa zone de confort ? L’ambition ne requiert pas de vouloir toujours se mettre en difficulté ? A l’inverse, le confort est-il l’antithèse de la prise de risque et donc de l’ambition. Si je suis confortablement assis dans une situation, vais-je prendre le risque de rechercher un challenge supplémentaire qui aura pour effet de me sortir de ce confort.

C’est justement l’idée erronée du confort sur laquelle s’appuient les syndicats ouvriers. Ne rien changer qui risque de déstabiliser le confort tout relatif des employés et ouvriers. Fermer les yeux aux évolutions du monde et faisant croire que le changement est forcément pour le pire. Ce faisant, toute ambition est tuée dans l’œuf et donc tout risque. On endort les gens en leur faisant croire que le confort est le seul moyen de se protéger des risques. Il s’agit en fait de l’exact opposé. C’est le confort qui est risqué. Ce ne sont pas les espèces qui se sont adaptées qui ont disparues, ce sont celles qui n’ont pas su changer.

L’ambition engendre forcément l’inconfort, mais en fait elle ne fait que repousser ses limites actuelles du confort, et à en établir de nouvelles. Etre ambitieux, ce n’est pas renoncer au confort, c’est chercher à grandir, à repousser ses limites, à affronter ses peurs et au final à redéfinir son confort.

Leave a Reply