Jour 363 – Leçon 4 : démarrer

cléLeçon 4 : démarrer. Aussi bonne que soit votre planification, aussi bonne que soit votre discipline, sans action, définir des objectifs ne sert à rien d’autre qu’engendrer frustration et ressentiment.

Il arrive fréquemment que la paralysie guette. Peur de rater, peur de ne pas prendre la bonne décision, peur de ne pas avoir toutes les données nécessaires, etc., etc., etc. Il existe des milliers de peur qui paralyse et font repousser l’action aux calendes grecques. La peur ne doit pas empêcher d’avancer. La peur est juste un signal qui vous indique que vous sortez de votre zone de confort. Et c’est un BON signal. Elle signifie que vous êtes sur le point d’apprendre quelque chose, d’étendre vos expériences. Nietzsche disait que ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort. Si tous les psychologues ne sont pas toujours d’accord avec cette affirmation, il est indéniable que votre expérience s’en trouvera renforcée.

Il convient donc de démarrer. De commencer. De passer de la réflexion à l’action. Dans la précédent leçon, je préconisais de penser grand et de démarrer petit. C’est crucial. Même si vous voulez créer le prochain Microsoft ou Google, il va falloir écrire la première ligne de code. Si vous voulez faire le tour du monde en voilier, il va falloir apprendre à naviguer.

Le futur est difficile à prédire. Toute personne sensée ayant réussi un projet qui lui tenait à cœur vous dira que rien ne s’est tout à fait passer comme prévu. Mais cela a été une expérience enrichissante et épanouissante, même si parfois cela fut éprouvant. Toutes ont démarré. Cent pourcents des gagnants ont joué, écrivait la Française des Jeux pour inciter le chaland à faire une grille de Loto. Cent pourcents des projets réussis sont partis d’une action toute simple.

Le chemin ne sera pas linéaire. Les surprises seront nombreuses. Les échecs surviendront. Les erreurs devront être payées. L’expérience laissera des traces. Mais in fine vous vous retournerez et serez fier de ce que vous aurez réalisé. Il suffit juste de démarrer. L’action est addictive. Un peu comme la course à pied. Relisez les billets sur les endorphines et la dopamine !

Même si vous aimez vous prélassez dans une contemplation béate de la vie, rien n’est plus satisfaisant que de faire quelque chose. Ce sont parfois les choses simples qui apportent le plus de satisfaction. Une chose est sûre : il faut mieux être acteur de sa propre vie que spectateur de celles des autres. Démarrez !

Leave a Reply