Jour 300 – Trois cents

trois centsTrois cents. Syndrome du verre à moitié plein ou à moitié vide. J’en suis à mon trois centième billet, il m’en reste soixante-cinq. Alors au bout de trois cents, qu’ai-je appris et comme me sens-je ?

  1. La discipline est difficile. Elle nécessite des efforts conscients et une planification parfaite.
  2. Générer des idées qui en valent la peine devient un effort inconscient. Il suffit d’observer et voilà l’idée qui survient.
  3. Procrastiner a parfois du bon. Cela permet de cheminer mentalement pour trouver une meilleure idée. Il ne faut cependant pas en abuser. Le risque étant de ne plus écrire.
  4. Il faut appuyer sur le bouton Publier, même si le résultat n’est pas 100% parfait. Tous les articles ne sont pas parfaits, tous les livres ne sont pas des chefs d’œuvre. Ils contribuent tous à faire de l’auteur un meilleur auteur.
  5. La récompense se trouve dans le chemin parcouru et le bonheur dans celui d’avoir tenu une promesse qui n’engage que soi.

Rien de fondamentalement différent que je ne savais pas. Vivre et savoir sont cependant deux concepts différents. Savoir reste intellectuel tant que ce n’est pas vécu. Non que l’intellect ne soit pas important. Il est cependant stérile s’il n’est pas appliqué et vécu. Allez, encore soixante-cinq jours avant la fin de l’année.

Leave a Reply