Jour 281 – BS

foutage de gueuleLes anglo-saxons utilisent ces deux lettres pour désigner un gros mot : bullshit. En français dans le texte, merde de taureau, c’est-à-dire, dans notre jargon, du foutage de gueule… Bon stop pour les grossièretés, et place à ce qui se cache derrière cette réalité. Dans la plupart des cas, j’ai ma théorie toute simple : quand quelqu’un vous sert du BS, c’est qu’en fait certaines actions n’ont pas été faites et qu’il est parfaitement simple de raconter une histoire pour maquiller l’inaction.

Prenons un exemple. Si je demande pourquoi mon fils n’a eu que six sur vingt en math, il va me raconter toute sorte de chose, comme quoi les exercices portaient sur une partie du cours qu’il n’avait pas vu en classe, que la prof ne l’aime pas ou que son stylo n’écrit pas bien… Tout ça, c’est du BS. La vraie raison ? Il n’a pas révisé, il n’a pas mis en œuvre les actions nécessaires à sa réussite. On peut chercher des circonstances atténuantes, mais au final, la vérité est le manque de révision et rien d’autres.

Dans le monde professionnel, il en est de même. Le BS règne même en maitre dans l’entreprise. Il existe des maitres ès BS. Le seul moyen de tuer le BS, en revenir aux faits, rien que les faits, vérifiables ! C’est parfois long et complexe, avec de nombreux obstacles, mais la vérité finit toujours par triompher.

Leave a Reply