Parler en 3D : 10 trucs simples pour devenir un meilleur speakerSpeak in 3D: 10 easy tricks to become a better speaker

Pendant la convention annuelle Toastmasters, en juin dernier, nous avons eu l’honneur de voir et entendre Douglas Kruger en action. Douglas est le seul speaker à avoir gagné cinq fois le championnat de prise de parole en public d’Afrique subsaharienne. Il est aussi le seul Africain à avoir atteint la place de second du championnat mondial à Reno en 2004. Douglas est un speaker incroyable. Un de ses conseils est de parler en trois dimensions. Il s’agit d’un concept tout simple qui peut faire une réelle différence lorsque vous prenez la parole en public.

Le monde est tridimensionnel

Avez-vous vu le film Inception ? C’est un film en quatre dimensions dans lequel les rêves s’enchevêtrent à un point que l’on ne sait plus si on est dans le rêve ou la réalité. Cependant, dans de nombreuses scènes, la caméra tourne autour des personnages, particulièrement quand la camionnette tombe du pont. Que vous ayez ou non aimé le film, il est impossible de ne pas être fasciné par l’utilisation de la 3D. Il en va de même avec un discours.

L’audience ne fait pas que vous écouter, elle vous regarde. De nombreuses études ont montré que la communication non verbale est plus importante que la communication verbale. Ceci signifie que le ton que vous employez, les inflexions de voix, vos expressions faciales sont les clés du succès de votre discours. Deux aspects que j’approfondis ici concernent les mouvements de votre corps et l’occupation de la scène.

Bougez votre corps

Vous avez un corps, servez-vous en ! Quand on entend parler de gestuelle, on pense naturellement aux bras et au besoin de les libérer du corps. De nombreux apprentis speaker me demandent quoi faire de leurs mains. Doit-on les mettre dans ses poches ? Peut-on les joindre ou les poser sur son ventre ? La meilleure réponse me fut donnée par une actrice de la Comédie Française qui fut un de mes professeurs : vos mains ? Laissez-les au bout de vos bras ! Ceci signifie que si vous bougez vos bras naturellement, vos mains suivront.

Cependant, vous avez une sphère virtuelle devant vous décrite par les mouvements de vos bras à 180 degrés dans toutes les directions. De nombreux speakers ont tendance à faire deux « erreurs » : ne bouger que la moitié de leurs bras, oubliant celle située entre le coude et l’épaule, et ne les bouger que latéralement. Voici cinq astuces concernant ce que vous devez faire de vos bras :

  1. Servez-vous de toute la longueur de vos bras. Chaque bras a deux charnières principales : le coude et l’épaule. Utilisez-les toutes les deux de façons à occuper tout l’espace disponible. Se faisant vous libérerez votre poitrine, permettant une meilleure respiration. Faites quelques exercices de gymnastique avant de monter sur scène pour détendre vos épaules et permettre à vos bras de bouger entièrement.
  2. Faites vos gestes vers l’avant. Douglas Kruger a partagé que les mouvements vers l’avant sont symboles de confiance. Vous pouvez bouger vos bras vers l’audience pour donner un conseil ou conclure, ou depuis l’audience pour l’emmener avec vous dans votre histoire.
  3. Pointez la main, pas le doigt. Si vous voulez pointer quelqu’un dans l’audience, ne le faites pas avec le doigt, cela pourrait être perçue comme une agression. Utilisez toute votre main tendue, la paume légèrement tournée vers le haut.
  4. Bougez de façon asymétrique. De temps en temps, ne bougez qu’un seul bras, alors que l’autre reste le long de votre corps. Cela ajoute de la dynamique à vos mouvements.
  5. Jouez avec vos mains et vos doigts. Les dernières charnières de vos bras sont les poignets et les doigts. Vous voulez donner trois conseils, montrez un, deux et trois avec vos doigts. Vous voulez asséner une vérité, fermez votre poing. Faites de vos mains et de vos doigts vos alliés.

Vos bras sont des engins fabuleux, mais elles ne sont que deux des parties mobiles de votre corps. Vous pouvez aussi vous servir de vos jambes et de votre tête. Par exemple, en vous baissant, tout en ralentissant le rythme et en réduisant la puissance vocale. L’audience se redressera alors sur sa chaise et se mettra à écouter avec application. Il s’agit d’un moyen simple d’augmenter la tension dramatique.

La scène est votre huitre

Douglas Kruger a expliqué qu’il se tient immobile quand il veut mettre en évidence un fait – tout en continuant à se servir de ses bras – et se déplace quand il raconte une histoire. C’est là que la scène prend toute son importance. Si vous voulez avoir un impact maximum, vous devez vous servir de toute la scène. Voici une série de cinq astuces pour « posséder » la scène.

  1. Déplacez-vous vers l’avant et baissez-vous pour ajouter de la tension dramatique. Bouger vers l’audience montre votre confiance et sera perçu par l’audience comme si vous veniez à elle. Utilisez ce mouvement quand vous livrez votre conclusion.
  2. Découpez la scène en neuf zones. Visualisez un jeu de morpion avec neuf quadrilatères et posez-le sur la scène. Quand vous répétez, servez-vous de zones données à des moments spécifiques de votre histoire. Cela vous forcera à bouger, tout en ancrant votre confiance.
  3. Ayez une chaise à disposition. Une chaise est un ustensile indispensable. Vous pouvez monter dessus pour simuler une ascension par exemple. Vous pouvez vous y assoir pour vous reposer ou jouer une scène de votre histoire, ou la retourner et la chevaucher. Une chaise est simple et très utile.
  4. Oui, vous pouvez montrer votre dos. Bien sûr la plupart du temps vous faites face à votre audience. Cependant, si vous voulez montrer un point sur un horizon imaginaire, tournez-vous de trois quarts et pointez l’horizon. Tous les yeux, y compris les vôtres, se tourneront dans la même direction, ayant pour effet d’emmener votre audience dans votre histoire.
  5. Rester immobile pour mettre un fait en évidence. Si vous vous déplacez continuellement, l’audience risque d’avoir le mal de mer rapidement. Comme je l’ai indiqué précédemment, déplacez-vous quand vous racontez une histoire et arrêtez-vous quand vous voulez mettre en évidence un point important ou amener une conclusion. Simple à mémoriser et à utiliser dans un discours.

During the Toastmasters Convention, last June, we had the privilege to see Douglas Kruger in action. Douglas is the only speaker in Africa to have won the Southern African Championships for Public Speaking a record five times. He is also Africa’s only 2nd place World Champion! Competing in Reno, Nevada in 2004. Douglas is just an amazing speaker. One of his numerous advices is to speak in 3D. It is one of those little concepts that can make big a difference when you give a speech in public.

The world is in 3D

Have you seen the movie Inception? This is a four dimensional movie, in which dreams are within dreams within dreams within dreams, to a limit you are not sure whether it’s a dream or reality. Each time, space is used around the character, particularly when the van is falling from the bridge. Whether you liked the movie or not, it’s impossible not to be fascinated by the way the camera uses the three dimensions. The same goes with a speech.

The audience is not only listening to you, it’s watching you. Numerous studies have shown that non-verbal communication is more important than the verbal one. This means that the tone you use, the way you move, your voice inflexions, your facial expressions are keys to the success of your speech. Two key aspects that I want to emphasize here is how to use your body and to own the stage.

Move your body

You have a body, use it! When we talk about body gestures, we tend to think first about the arms, freeing them from the rest of the body. I am sometimes asked by wannabe speakers what they should do with their hands. Shall they put them in their pocket, can they join them, should they put them on their belly, etc.? The best answer came from one actress from the Comédie Française who used to be my teacher: your hands? Leave them at the tip of your arms! This means that if you move your arms naturally, your hands will follow.

However, you have half a virtual sphere in front of you. Lots of speakers tend to do two, what I can call mistakes: moving only half of their arms, forgetting they have another half between the elbow and the shoulder, and moving them only aside. Here are 5 simple tricks on what to do with your arms:

  1. Use your arms in their entirety. Each arm has two main hinges: the elbow and the shoulder. Use both. You will occupy all possible space, and large gestures free your chest to breathe better. You can do some exercises before going on stage to ensure your shoulders are relaxed and ready to allow your full arm to move.
  2. Make gestures in front. Douglas Kruger shared that gestures in front depict confidence. You can move your arms to the audience to make a point or from the audience to take it to you.
  3. Point with the hand, not the finger. If you want to point at the audience, do not point a finger alone, this will be perceived as an aggression. Use your hand, palm facing up.
  4. Make asymmetrical moves. Sometimes move only one arm, while the other stands still on your side. This adds drama to your gestures.
  5. Play with your hands and fingers. The last hinges on your arms are your wrist and fingers. You want to give three advices, show one, two, and three with your fingers. You want to make a strong statement, close your fist with intensity. Your hand and fingers help you.

Your arms are fantastic but they are only 2 moving parts of your body. You can use your legs and head as well. For instance, by lowering yourself while slowing down your pace and dropping slightly your voice, you increase intensity. The audience will be forced to straighten on their chairs and listen intensely. A cool way to add some drama.

The stage is your oyster

Douglas Kruger explained that he’s standing still when making a point – though using arms gestures – but moving around when telling stories. And this is where the stage plays its role. If you want to be impactful, you need to use the whole stage, walking up and down, right and left. Here is another set of five tips to work the stage:

  1. Move forward and low to add intensity. Moving to the audience will show confidence and will be perceived as the speaker coming to the audience. Use this trick to give the conclusion of a story to increase the drama in the closing.
  2. Cut the stage in nine different areas in your mind. See the stage has a tic-tac-toe board, with nine quadrilaterals. When you rehearse, use each square for specific stories. This will force you to move around when telling stories, while giving you anchors for confidence building.
  3. Have a chair ready. A chair is a great prop. You can climb on it to simulate stepping on something. You can sit on it just to rest if you are speaking for a long time or to play a scene of one of your stories. You can turn it and horse-ride it. A chair is simple and very useful.
  4. Yes, you can show your back. Of course most of the time, you will be facing your audience. But if you want to play showing a point on the horizon, you can turn three quarters from the audience and point to the imaginary dot. All eyes, including yours, will be looking in the same direction, and this will include the audience into your acting.
  5. Stand still to make a point. If you continuously move, the audience may become sea sick. As said at the beginning, move while you tell stories but stand still when you want to make a point. Simple to remember and to include in your speech routine.

Leave a Reply