Comment réussir tous vos projets en trois étapes – How to Finish Successfully Any Projects in 3 Steps

J’ai couru des marathons, suis passé au trail il y a quelques années, et viens de finir le Ti Dodo trail, une course de montagne de vingt-cinq kilomètres dans l’ouest de Maurice, avec mille cinq cents mètres de dénivelé positif, dont la Tourelle de Tamarin qui possède quelques passages à trente-cinq degrés et un peu de rocher à quasi escalader, un gros effort pour les cuisses et les mollets. Une course comme celle-là est une épreuve d’humilité et possède des parallèles avec les projets personnels et professionnels. Tous les projets nécessitent de la préparation et une course n’est pas une exception.  En règle générale, une course nécessite des mois de préparation, des projets important pouvant nécessiter des années. Une fois en mode exécution, vous passerez toujours par trois étapes.

Chaque étape est facilement identifiable car elle est associée à un sentiment, qui lui-même sera associé à un type d’action. Si vous suivez ce processus en trois étapes, trois sentiments et trois actions, vous viendrez à bout de tout projet, court ou long, facile ou difficile, professionnel ou personnel. Prêt ? Alors Partez !

Excitation

Chaque fois que je me retrouve sur la ligne de départ avec des centaines ou des milliers de coureurs, mon cœur bat la chamade, je me sens bien et souris. C’est l’excitation de la course, l’adrénaline. Il en est de même au début d’un nouveau projet ou travail. Vous êtes excité de commencer quelque chose de nouveau, ayant à prouver que vous pouvez réussir. C’est un sentiment très positif.

Le danger réside dans le fait que vous avez envie de vous jeter dans l’action sans y avoir suffisamment réfléchi. Dans une course, partir trop vite est la conséquence de cette énergie qui vous entoure. Partir trop vite ou vous lancer dans l’action a un risque majeur : vous retrouver rapidement à court d’énergie. La préparation s’appuie sur l’expérience et en crée une nouvelle. Dans une course, elle définit l’allure qui va vous permettre de finir dans le temps que vous vous êtes fixé. Il en est de même avec un projet : définissez-en les objectifs et les jalons. Souvenez-vous que celui qui échoue à planifier, planifie d’échouer. Appariez excitation avec planification pour un début en douceur.

Épuisement

Au milieu du projet, vous allez rencontrer des difficultés. Votre préparation vous aura rendu conscient des risques et vous aura sans doute fourni les clés pour les affronter. Dans un marathon ou une course de montage, vous rencontrez le mur de la douleur au vingt-cinquième kilomètre – ce fut le dix-huitième dans le trail du Dodo pour moi. Il s’agit du moment auquel abandonnent beaucoup de personnes. C’est exactement celui où vous devez continuer ! Vous n’êtes pas arrivé ici pour tout laisser tomber !

C’est à ce point que se créent les vrais leaders. Dans une course, c’est le moment pour votre esprit de se concentrer sur chaque pas. Finir un marathon nécessite juste que vous mettiez un pas derrière l’autre. Quand vous rencontrez le mur de la douleur, chaque pas vous rapproche de la ligne d’arrivée. Chaque pas est une victoire en elle-même qui renforce votre confiance en vous. Dans un projet, réunissez votre équipe, demandez conseil, appelez à l’aide, mais continuez à avancer. Appariez l’épuisement avec l’obstination pour une exécution continue.

Joie

La sensation de franchir la ligne d’arrivée d’un marathon n’a pas d’équivalent. C’est une énorme victoire après deux, trois, quatre ou même cinq heures d’efforts continus. C’est le moment que choisit la douleur pour s’évanouir et céder la place à la fierté. Tous les efforts consentis vous ont menés à cette récompense. Mais la course ou le projet ne s’arrête pas ici !

Qu’avez-vous appris ? Faites votre analyse post-mortem. Qu’auriez-vous pu faire différemment ou mieux ? Vous avez peut-être réalisé qu’à un certain point vous alliez trop vite ou trop lentement. Vous auriez peut-être du boire plus ou prendre du sel. Ainsi en va d’un projet. Pourquoi ne pas déléguer ou sous-traiter certaines parties ? Le rythme de reporting était-il bon ou auriez-vous pu en faire moins ? Consignez tout ceci dans votre analyse post-mortem. La prochaine fois vous irez plus vite, livrerez une qualité accrue et pourquoi pas moins cher. Appariez la joie de la fin avec l’analyse post-mortem pour une expérience complète.

Le mot de la fin revient à la personne avec qui j’ai couru quelques kilomètres du trail. Il travaille au service des radios de l’hôpital de Rose Belle et voit toute sorte d’individus avec des infirmités ou des membres cassés. Alors que nous bavardions à propos de la course et de son parcours il me confia : « Ma récompense, c’est le départ. L’arrivée c’est le bonus ! » Remerciez la vie, c’est le plus grand des cadeaux.


I used to run marathons, started trails some time ago, and just finished the Ti Dodo trail, a 25 km race in the West of Mauritius with 1,500 m ascent, including La Tourelle that requires some rock climbing and has steep passages at 35 degrees angle, a huge tax on your hamstrings and thighs. A race like this one is humbling and has genuine parallels with professional and personal projects. All projects requires preparation and a race is no exception. Generally a race requires months of preparation, large projects can require years of it. But once you jumped into execution, you will go through three steps.

Each step is easily recognizable becomes it is associated with a feeling. And with the feeling is associated a type of action. If you follow this simple 3-step, 3-feeling, 3-action process, you will overcome any kind of project, long or short, easy or hard, professional or personal. Ready, steady, go!

Exhilaration

Each time I am on the starting line of a race with hundreds or thousands of runners, my heart is pounding in my chest, I am feeling good and smile all the time. It’s all about the excitement of the race. It’s generally the same at the beginning of any new project or endeavor. You can feel the excitement of starting something new, proving yourself and others you can do it. It feels great, doesn’t it?

The danger with all this excitement is to throw yourself in action without giving it enough thoughts. The biggest mistake in a run is to start too fast, thrown forward by all the energy surrounding you. Starting too fast or taking action immediately carries one major risk: to run out of gas quickly. Preparation provides experience and in a race, it defines the pace that will allow you to finish it in the time you define. The same goes with a project, define the goal and the milestones to reach it. Remember, he who fails to plan, plans to fail. Pair exhilaration with planning, for a secure start.

Exhaustion

In the middle of the project, you will hit hurdles. The same goes with a race. Preparation will make you aware of the risks and will give you keys to continue despite those. In a marathon, you generally hit the wall of pain around the twenty-fifth kilometers, in the Dodo trail, I hit it at on the eighteenth. This is the time a lot of people stop, surrender, and let it go. This is the exact moment when you need to continue. You have not come to that point to abandon!

This is what makes a true leader. In a marathon, this is the time where the conscious brain focuses on each step. Finishing a marathon just requires you put one step after the other. When you hit the wall of pain, each step gets you closer to the finish line, so each step is a victory in itself that fuels your confidence. In a project, regroup your team, seek advice, ask for help, but overall continue execution. Pair exhaustion with obstinacy, for a continuous execution.

Joy

The feeling of crossing the finish line of a marathon is unrivaled. It’s a victory on yourself after two, three, four or even five hours of continuous efforts. This is the moment you forget pain to embrace pride. All the efforts you made got you the reward of succeeding. But the race or the project should not end here.

What did you learn? Make your post-mortem analysis. What could you have done better or differently? May be at one point you realized you were too fast or too slow. May be you should have drunk more water or take some salt. Same goes with a project. What about outsourcing some pieces of it to go faster? Was the reporting rhythm correct or should you have done less? Journal all your thoughts so next time, you will go faster, better and why not cheaper. Pair joy of finish with post-mortem analysis, for a complete learning experience.

The last word belongs to a gentleman I ran with for a couple a kilometers during the trail. He’s working at the Rose Belle hospital in the X-ray department, sees all kind of sorts of people with disabilities and broken bones, and while we were chatting about the race, he told me: “my reward is to start, my bonus is to finish”. Be grateful for life, it’s the greatest gift of all!

Leave a Reply