Fin de crise et rebond boursier…

Avant de rentrer dans la seconde partie des règles pour traverser la crise, je voudrais revenir sur deux vérités économiques toujours verifiées (des trivialités souvent oubliées):

  • A tout point bas correspond un point haut. Sous-entendu, un jour, nous toucherons le fond et la bourse et les économies se mettront à repartir vers le haut. Il n’existe aucun contre-exemple dans toute l’histoire de l’humanité. Cette crise ne sera pas une exception. C’est la durée de la crise que nous ne connaissons pas, bien que…
  • La bourse anticipe toujours à la hausse comme à la baisse. En effet, la bourse et les cours boursiers parient sur le futur. Donc, il existe toujours une anticipation, qu’il faut bien lire et savoir interpréter, et c’est là le plus difficile. Un autre facteur est la consommation des ménages. Dès que cette consommation va repartir, nous aurons alors franchi un point bas.

Dans combien de temps vont repartir la bourse et la consommation des ménages, nul ne le sait. En revanche, les futures grosses fortunes se créent en se moment, alors que tout le monde se lamente. Il convient donc :

  1. De ne pas se lamenter avec la foule des pleureurs (et des grévistes)
  2. D’être à l’affut des bonnes affaires à faire (en bourse, en investissements divers)
  3. De se former à sa prochaine vie
  4. D’être hyper actif en faisant feu de tout bois, car les erreurs ne coutent pas cher en ce moment.

A bientôt pour la règle numéro 5.

PS. Le moment peut être propice à s’endetter par le crédit pour des investissements qui en valent la peine. Pensez à négocier vos taux au maximum. Avec des taux directeurs bas, les banques ont des marges de manoeuvre énormes !

La crise, quelle crise ?

Une mise en perspective rapide sur la crise actuelle (vu au travers des yeux de l’occidental que je suis et que vous êtes certainement si vous lisez ce blog) ….

Si vous êtes nés après 1950, vous n’avez réellement vécu aucune crise majeure. Certes vous avez pu voir et vivre la Guerre d’Algérie ou celle d’Indochine, vous vous souvenez peut-être du choc pétrolier, des dévaluations des années 80, de la chute de l’immobilier fin 80, début 90, mais rien d’aussi “sérieux” que maintenant.

Si vous êtes nés avant 1950, vous avez connu une guerre, avez même peut-être combattu et en êtes revenus. Vous connaissez la rudeur de la guerre, la crise dans son état ultime.

Résultat très simpliste, mais réfléchissez bien. Si vous êtes de la génération qui travaille (20-60 ans), vous n’avez jamais connu de crise très sérieuse avant celle-ci. Vos parents ont peut-être connu une crise avec une des guerres. Vos grands-parents sont passés par une ou deux guerres mondiales. Quant aux générations précédentes, elles passaient d’une guerre à l’autre, tous les 10 à 15 ans.

Donc la prochaine fois où vous vous dites que le monde marche sur la tête avec cette crise, estimez-vous heureux! Notre génération est la toute première qui n’a jamais connu de guerre et n’a donc pas eu besoin d’être “réquisitionnée” pour aller défendre son pays, au risque de mourir pour la patrie. Entre cette crise et celles qu’on connus les générations précédentes, mon parti est pris. Celle-ci n’est qu’une tempête dans un verre d’eau.

Tout est relatif, disait Albert Einstein.

Règle numéro 3 : la suite…

L’optimisme est une vertu qui se travaille au quotidien. L’individu qui symbolise le mieux l’optimisme pour moi est mon ami Alain Guillou.

J’ai rencontré Alain il y a plus de 15 ans maintenant, chez lui au Croisic. Il avait développé un logiciel de gestion de fond photographique avec Microsoft Access et il avait besoin de conseils pour aller plus loin. Il était aussi en négociation avec Corbis (propriété d’un certain Bill Gates) pour son fond photos, dont des clichés prises en Allemagne de l’Est avant la chute du mur.

A l’époque donc, il sortait de plusieurs années de grands bonheurs. Il était un des 20 plus grands photogaphes du monde, travaillant entre autre pour Forbes. Et puis un jour tout s’est écroulé. Cependant, il a toujours gardé un oeil extraordinaire et une passion contaminatrice.

L’article paru sur son aventure dans France Soir il y a quelques jours est éloquent de son optimisme extraordinaire. Si vous passez par sa Bretagne faites lui un coucou par mail, s’il est dans le coin, il vous fera partager ses passions et sa vision du monde.

Au moment où s’ouvre l’expo 6 milliards d’autres au Grand Palais à Paris, Alain nous offre une vision de la vie plus proche de nos réalités quotidiennes. Alors, si vous voulez vraiment savoir ce qu’est l’optimisme et le cultiver au quotidien, téléchargez la bio d’Alain et offrez-vous une de ses photos !

Règle numéro 3: résistez à la sinistrose ambiante!

Il est étonnant de voir combien être optimiste est souvent mal vu. Le pessimiste est encensé, l’optimiste décrié… Pour ma part, je fuis les pessimistes comme la peste. Un de mes partenaires professionnels m’a envoyé ses voeux ce matin accompagnés de cette citation du philosophe Alain:

Le pessimisme est d’humeur ; l’optimisme est de volonté.

Ce à quoi, je rajoute celle de Léon Daudet (fils d’Alphonse, celui des Lettres de mon moulin):

Autant l’optimisme béat, c’est-à-dire inactif, est une sottise, autant l’optimisme, compagnon de l’effort, est légitime.

Ces deux citations, nées de l’intelligence d’hommes de lettre et de savoir, contiennent une sagesse souvent oubliée: c’est vous et uniquement vous qui définissez votre monde, par votre volonté et vos efforts.

Le pessimiste est souvent celui qui critique sans apporter de pierre à l’édifice. L’optimiste est celui qui décrit comme faire pour se sortir d’une situation, parfois difficile. Rien n’est créé par les pessimistes. Ce sont des obstacles à contourner ou à ignorer de notre quotidien.

Pour en finir avec les pessimistes

  • Changez de conversation vers quelque chose de positif, sans chercher à argumenter.
  • Posez la question: “Et que faudrait-il faire à ton avis ?” – Généralement la réponse est “Rien”, “Pas grand chose” et la suite est “C’est la faute de x, y ou z”. Renchérir “Et que comptes-tu faire ?”. La conversation s’arrête souvent là.
  • Quittez la conversation en vous excusant: il n’est pas utile de perdre du temps à convaincre un âne qui n’a pas soif de boire

A moins de vous lancer dans une croisade souvent longue et à l’issue incertaine, n’argumentez pas avec un pessimiste: “Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir !” chantait Johnny. C’est une perte de temps, il faut mieux passer son temps à construire.

Pour cultiver l’optimisme

  • Fréquentez majoritairement des optimistes. L’optimisme, comme le pessimisme, est contagieux. Je préfère la contamination de l’optimisme actif
  • Si le pessimisme vous guette, faites la liste de toutes les difficultés que vous avez rencontrées dans la vie et de comment vous vous en êtes sorti. Ce sont autant de “petites” victoires personnelles qui vous montreront qu’une épreuve est souvent là pour nous faire grandir.
  • Regardez un bon film au cinéma ou louez-en un à la vidéothèque la plus proche de chez vous. Rien de tel que de s’évader quelques heures dans une belle histoire pour retrouver la pêche.
  • Allez faire une heure de sport. Quand les mauvaises idées guettent, il faut les éliminer par les pores de la peau !
  • Débranchez votre télé et arrêtez particulièrement de regarder le journal télévisé. C’est d’un déprimant, d’un superficiel et d’un abrutissant…
  • Jouez avec vos enfants. Un enfant ne connait pas le pessimisme, il ne se projette que dans les bonnes choses.

Voilà quelques idées pour redonner du rose à tout ce gris environnant. Je reviens dans le prochain billet sur le rôle du pessimisme dans cette crise. Et surtout sur le rôle de l’optimisme pour sortir de cette crise (voire ne pas y entrer).

N’écoutez pas les Cassandre…

Pour mémoire, Cassandre, princesse Grecque, fille de Priam (roi de Troie) et d’Hécube, avait le don de prophétie. Les prévisions de Cassandre sont toutes terribles (remarquez que les histoires de Troyens de l’époque ne sont guère réjouissantes) et elle finira fuit de tous car portant le malheur.

Or il semble que de nous jours, les multiples Cassandre jouissent d’un regain d’intérêt, car, c’est connu le peuple aime le sang. Pas un jour sans que l’on annonce que les faillites ne font que commencer, que l’année 2009 va être terrible, et autre prévision catastrophique. Un conseil, qui vaudra quasiment une règle à venir: fuyez les Cassandre ! Là encore le poëte qui fait mourir Cassandre dans la solitude nous apporte un conseil précieux. Ecouter les Cassandre nous fait broyer du noir, sombrer dans la dépression (la France est un des plus grands consommateurs d’anti-dépresseurs au monde) et éviter la beauté du monde.

Car oui, le monde est beau ! En tout cas majoritairement plus beau qu’il n’est laid ! C’est sûr on ne peut qu’être horrifié de ce qui se passe au Moyen et au Proche-Orient (cela fait plus de 2000 ans que ça dure et rien n’est fait pour que cela s’arrête, mais c’est un autre débat), de ce qui se passe dans la plupart des pays d’Afrique où les peuples sont majoritairement à la merci de dictateur “élus démocratiquement” (quelle ironie), de ce qui se passe en Corée du Nord, de ce qui se passe aux portes des villes française avec ses SDF qui meurent dans l’indifférence. La question à se poser est : que faites-vous pour que cela cesse ? Si vous ne faites rien, alors arrêtez de critiquer ceux qui font et passez à autre chose ! Si vous faites, bravo ! Continuez, car même une petite action positive peut avoir des retentissements énormes.

Je sais que je suis radical dans mon point de vue, et peut-être perçu comme égoïste, mais j’agis à mon niveau (tout petit) pour diffuser le bien et le beau autour de moi (et ce blog est je l’espère un vecteur de positif). Alors regardez la page blanche autour du point noir et évitez de vous focaliser sur le point noir. Vous voulez du beau “économique” en rapport avec la crise ? En voici quelques-uns:

Et puis l’excellente nouvelle du jour : Vendée Globe: Jean Le Cam repêché par Vincent Riou.

Alors je vous souhaite un bon début de solde, et rappelez-vous que ce n’est pas parce que c’est en solde qu’il faut faire fonctionner la carte de paiement au-delà du raisonnable. Acheter des biens de consommations avec l’argent que l’on a et non celui que l’on emprunte est impératif – voir la règle numéro 2.