10 règles de vie…

… pour une vie apaisée, choisie et heureuse.

Il y a près de onze ans, je lançais ce blog. Près de 800 billets plus tard, alors qu’au petit matin je taquinais la muse en tout bien tout honneur, je me suis dit qu’il était temps de revisiter une série de billets que j’avais écrits sur les 10 règles pour traverser la crise. 2008 était l’année de la crise des subprimes, qui, telle une lame de fond, avait balayé la planète de la finance avec de violentes répercussions sur l’économie et la vie de tout un chacun. Depuis, le monde a changé, peu il semblerait en apparence, pourtant un certain nombre de courants des profondeurs émergent : l’intelligence artificielle qui cajole, menace et fascine, l’uberisation qui précarisent les emplois et offrent des opportunités, la dominance des géants du numérique, GAFAM aux E.U., BAT en Asie, la surveillance de nos faits et gestes dans les mondes numériques et réels, la montée des terrorismes et bien sûr l’urgence climatique avec le réchauffement avéré de notre planète.

On peut donc dire, sans ambages, que notre monde est en crise, dans une crise non pas financière comme en 2000 ou en 2008, mais en crise globale. On peut se mettre dans le camp des alarmistes et crier au loup. On peut se mettre dans celui des optimistes et se dire que tout va finir par aller mieux. On peut se mettre dans celui des réalistes qui agit à son petit niveau pour le mieux-être de son environnement, du bien commun et de son propre bonheur. C’est à ce dernier camp que j’essaye d’appartenir, en appliquant quelques préceptes de vie, que sont les 10 règles que j’avais exposées en 2008 et que je reprends ici, car elles ont un peu évolué, mais pas tant que ça.

Vivre sa vie

J’ai sous-titré ce billet, pour une vie apaisée, choisie et heureuse. J’ai longuement pondéré ces trois adjectifs :

  • Apaisée, car le monde est violent. Certes, et c’est tant mieux, les conflits armés diminuent, les meurtres aussi, mais il existe une tension permanente que l’on ressent immédiatement quand on lit les nouvelles. Tension entre l’Iran et les USA, tension entre chiites et sunnites, tension entre musulmans et islamophobes, tension entre pros et antis réchauffement climatique, etc. Pourtant, avec un zest de bienveillance, un chouia d’écoute active et une prise de conscience de ses propres biais cognitifs, on arrive à une vie beaucoup plus harmonieuse et apaisée.
  • Choisie, car les influences se sont accrues exponentiellement. Le morceau de plastique et de verre que forme notre téléphone portable est devenu le compas de nos vies. Comme de toute chose dans la vie, on peut s’en réjouir ou jeter le bébé avec l’eau du bain. Il est primordial, à mon sens, de reconnaître l’influence que la technologie a dans nos vies et de décider, en toute conscience, de la limiter pour retrouver l’essence de notre être et de nos courtes vies dans cet univers.
  • Heureuse, car c’est au bonheur que nous aspirons tous. Que ce soit au travers de notre course effrénée aux possessions matérielles, aux expériences plus ou moins ésotériques ou aux positions de pouvoir, notre quête du bonheur est universelle et intemporelle.

Je pense malheureusement que le monde qui est nous est proposé et exposé au travers des médias est tendu, contraint et malheureux. Sans être le chantre de la théorie du complot, un grand nombre de forces antagonistes nous poussent à être en permanence insatisfaits et à chercher l’objet ou l’expérience qui va, temporairement, nous apaiser et nous donner l’illusion du bonheur, jusqu’à ce que le prochain point d’influence nous injecte le venin de l’insatisfaction et du désir.

Vivre, tout simplement

Il y a onze ans, j’avais donné des règles de « bonne conduite », pour passer entre les gouttes de la crise et même l’utiliser pour, je cite :

  • s’enrichir
  • changer de vie
  • faire des affaires
  • faire la fête
  • reprendre le contrôle du temps…

Onze ans plus tard, les objectifs sont, somme toute les mêmes. Ces objectifs, ce sont chacun d’entre nous qui les définissons, en fonction de nos envies, de nos besoins, de notre culture, de notre environnement, etc. Mais au final, ils devraient être congruents avec notre besoin vital de vivre, au mieux de nos possibilités, et d’offrir à notre entourage, la meilleure vie possible, sans que notre liberté n’empiète sur celle d’autrui et permette à chacun de vivre sa vie. Au fil des prochaines semaines, je vais donc revenir sur ces dix règles.

Comme je le disais, elles n’ont que peut variées. Elles sont, en revanche, devenues encore plus nécessaires et la discipline qui leur est sous-jacente est plus prégnante. Vous pourrez toujours revenir en arrière (il y a 784 billets sur ce blog) à la recherche de ces règles ou attendre bien sagement chaque semaine pour découvrir la nouvelle, pendant les deux mois et demi prochains. C’est ce que je vous propose : retrouver de la lenteur, de la surprise et le temps de la réflexion. C’est aussi un moyen pour moi de faire une pause, de réfléchir à l’inflexion de nos vies au fil du temps et de mesurer le chemin parcouru, consciemment et avec plaisir.

En attendant, je vous souhaite une bonne future lecture et de merveilleuses semaines, apaisées, choisies et heureuses !

Photo George Pagan III sur Unsplash

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.