Introduction – Réussir sa vie, ça veut dire quoi ? – … et fin

Mais vous allez me dire, rien de bien nouveau sous le soleil des humains. Ces dix règles, et sans doutes d’autres, sont connues de tous depuis bien longtemps, même si tous ne les appliquent pas. En fait, je pense que peu de gens au final les connaissent. Pour la simple et bonne raison qu’elles ne sont pas enseignées. Pas dans les écoles primaires et secondaires, pas plus dans les études supérieures. En fait, elles font partie ou non de l’enseignement familial et culturel. Pourtant elles expliquent, comme nous le verrons, les écarts qui semblent se creuser, la détresse dans laquelle se trouve de plus en plus de personnes et la crise latente dans laquelle est plongée le monde.

Maintenant, les médias sont le pire des prismes pour objectivement regarder ce qu’il se passe et l’état du monde. La réalité est la suivante :

  • La pauvreté recule partout dans le monde. L’extrême pauvreté a reculé d’un milliard d’individus ses trente dernières années, d’après la Banque Mondiale.
  • Les conflits armés sont moins nombreux, ainsi que leurs victimes, d’après l’ONU.
  • La richesse globale continue d’augmenter, bien qu’elle soit loin d’être répartie de façon optimale.
  • L’espérance de vie augmente tous les ans.

Et on pourrait en ajouter d’autres. Alors, oui, les inégalités sont bien présentes, le climat est déréglé et les tensions internationales sont fortes. C’est simplement oublier que le monde ne s’est jamais aussi bien porté ! C’est simplement oublier que les pays émergeants se modernisent plus vite que les pays modernes se réforment ! C’est simplement oublier que nous n’avons qu’une vie et qu’il convient de la vivre du mieux afin de mieux contribuer au bonheur global. Simple ? oui. Facile ? Non ! Car les médias sont contre le bonheur : leur fonds de commerce ce sont les malheurs des gens qui rendent les nôtres bien insignifiants. Non ! Car se plaindre est un sport international : il est tellement plus simple de se plaindre sans rien faire d’autres que de prendre les problèmes à bras le corps. Non ! Car on ne peut pas créer un monde meilleur sans commencer par s’améliorer soi-même.

Si vous avez voyagé en avion, pendant les consignes de sécurité, en cas de dépressurisation de la cabine, on vous apprend que « des masques à oxygènes tomberont à votre portée ». Il est immédiatement précisé « d’ajuster votre masque avant d’aider les personnes ayant besoin d’assistance ». En d’autres termes : charité bien ordonnée commence par soi-même. Cela a de nombreuses implications et ce sont celles qui m’intéressent dans ce livre. Bien que de nombreux éléments soient philosophiques, n’étant pas philosophe, je n’utilise que ces éléments pour les incorporer dans ma quête du bonheur.

Ce livre est donc un ouvrage pratique, fruit de trente ans d’expériences, de recherches, d’erreurs et de succès. Je le considère comme le guide ultime de la réussite personnelle. Le mot réussite pouvant prendre le sens que tout un chacun voudra bien lui donner : financière, spirituelle, familiale, professionnelle, etc. bien que l’objectif recherché est holistique : la réussite ne peut être totalement satisfaisante que si toutes ses dimensions sont équilibrées. Enfin, j’articule au maximum les différents chapitres autour de trois axes : ma lecture bienveillante et non conventionnelle de mes expériences, des ouvrages et sites web de fond permettant de renforcer un sujet, et les dernières nouveautés de la science qui viennent compléter de manière rationnelle ce que le cœur ou l’expérience nous enseigne.

Ce guide ultime de la réussite (et non le guide de la réussite ultime) est un ouvrage qui je l’espère vous donnera quelques clés, quelques idées, quelques méthodes pour vous aussi, réussir votre vie. Bonne lecture.

Leave a Reply