Éloges de la lenteur… et de la vitesse

https://unsplash.com/kseny

https://unsplash.com/kseny

Jour 656. Dans un monde dans lequel tout va de plus en plus vite, beaucoup font l’éloge de la lenteur. Il y a de la beauté dans la lenteur. La lenteur permet d’apprécier les détails d’un paysage, permet de respirer, permet de réfléchir pour ne citer que quelques-uns des bénéfices de la lenteur. J’adore le bruit de l’eau sur l’étrave d’un voilier poussé par une molle brise. J’adore aussi les bruits d’un Hobie Cat aux limites sous un vent frais la grand-voile étarquée. Et l’éloge de la lenteur rejoint celle de la vitesse.

Quel bonheur de sentir le vent sur son visage en descendant une piste de ski tout schuss. Quel bonheur de ressentir l’accélération d’une moto sur une route de campagne. Quel bonheur de ressentir la vitesse du Hobie Cat dont je parlais à l’instant. Lenteur ou vitesse, il y a un temps pour chacun. Aucun n’est intrinsèquement bon ou intrinsèquement mauvais. Tout dépend du point de vue de l’observateur et du moment de l’observation.

Ces éloges de la lenteur et de la vitesse sont une des beautés de la vie. Il y a cependant un temps pour chacun et un temps où on voudrait aller lentement et l’environnement nous demande d’aller vite. Cela nous oblige à avoir un moteur et des freins puissants. Un moteur qui peut accélérer quand on appuie sur la pédale d’accélérateur et un système de freinage qui peut nous arrêter en tout sécurité en quelques mètres. Cela signifie être en capacité de le faire, physiquement et intellectuellement. Cela renvoie à mon billet de la veille.

La vie est faite de compromis et d’efforts, de joies et de larmes, de succès et d’échecs. Tout est question d’équilibre, d’espoir et d’actions. A nous de ne pas juger à la légère, mais de réaliser que chacun fait ce qu’il peut au moment où il le fait, et que la beauté est avant tout dans l’œil de l’observateur !

Leave a Reply