Objectivité et subjectivité, tout est dans l’œil de l’observateur

https://unsplash.com/bkotynski

https://unsplash.com/bkotynski

Jour 636. Tout un chacun est plus ou moins prompt à réagir à la critique ou à trouver un objet, une action ou un paysage, laid ou beau. Mais la laideur, la beauté, ou la critique sont dans l’œil de l’observateur. Ce sont le résultat de nos histoires internes. Ce qui peut plaire à certains déplaira à d’autres, c’est ce qui fait la diversité de ce monde. A partir du moment où une décision doit influencer le plus grand nombre, l’objectivité factuelle devrait prévaloir. C’est pourtant souvent la subjectivité de quelques-uns qui prévaut.

Quand quelque chose nous déplait ou quand nous sommes enclin à porter un jugement de valeur, posons-nous la question du pourquoi ? Déconstruisons l’histoire que nous nous racontons, elle existe forcément ! Non pour la remettre en question, nous avons chacun nos valeurs, nos croyances et notre culture, mais simplement pour en considérer un point de vue autre. Cela a pour effet de ne plus juger sur ce que l’on voit, ressent ou pense, mais de mettre en perspective que la diversité de point de vue permet de faire grandir l’esprit et les relations humaines.

La beauté et la laideur sont des constructions mentales. Les conclusions que nous en tirons sont les nôtres et sont seules à influencer notre bonheur. Nous avons toutes les clés de notre bonheur, ne fermons pas les portes, ouvrons-les en grand !

Leave a Reply