Jour 339 – Robots

robotRobots. Entre Amazon qui va installer des milliers de robots dans ses entrepôts, la sortie de Stephen Hawking sur l’intelligence artificielle et la fin de l’humanité, et Interstellar et la recherche d’une terre alternative, il semble que l’homme commence à se poser la question de sa survie. Survie du travail, survie de l’humanité, survie de la Terre.

Bon, pour la Terre, on pourra reparler d’écologie dans un autre billet, mais il est certain qu’on va dans le mur de ce côté-là. En ce qui concerne l’intelligence artificielle et les robots, ce fut, et c’est toujours un peu, mon domaine. Pour ceux qui ne le sauraient pas, je suis effectivement ingénieur diplômé en robotique industrielle. Oui, oui, un vrai diplôme d’ingénieur, bac + 5. Revenons à mon propos. Nous allons donc être supplantés par les robots et l’intelligence artificielle. Que l’on soit clair, c’est déjà fait !

Les robots vont plus vite que les hommes, ne sont jamais fatigués ou presque et s’adaptent de plus en plus à leur environnement. Pas besoin d’être Stephen Hawking pour s’en apercevoir. Il semblerait d’ailleurs qu’Elon Musk, le médiatique patron de SpaceX (qui donne des sueurs froides à l’Agence Spatiale Européenne) et de Tesla (qui donne des sueurs froides à toute l’industrie automobile), ait déjà annoncé que la singularité technologique a déjà eu lieu. C’est-à-dire me direz-vous ? L’intelligence de l’être humain ne contrôle plus le progrès technologique œuvre d’intelligences artificielles et potentiellement les robots sont donc, à terme, à même d’éliminer les humains qui ne vont pas aussi vite qu’eux.

Il serait donc bon que les industries de l’informatique et de la robotique s’inspirent d’Isaac Asimov et des trois lois de la robotique imaginées par ce grand écrivain, et inscrite dans le « Manuel de la robotique », 58ème édition, 2058. Les voici :

Première Loi
Un robot ne peut blesser un être humain ni, par son inaction, permettre qu’un humain soit blessé.

Deuxième Loi
Un robot doit obéir aux ordres donnés par les êtres humains, sauf si de tels ordres sont en contradiction avec la Première Loi.

Troisième Loi
Un robot doit protéger sa propre existence aussi longtemps qu’une telle protection n’est pas en contradiction avec la Première et/ou la Deuxième Loi.

Intéressant de voir que la 58ème édition du manuel de la robotique date de 2058. Nous sommes en plein dedans, 2058 est juste au coin de la rue de notre siècle. Visionnaire Asimov ? Cependant, l’important dans les trois lois de la robotique définies par Asimov est la mise des robots au service de l’homme, sans que ceux-ci ne puissent se retourner contre l’homme. Bien évidemment les militaires sont opposés de fait à ces lois, puisque les drones autoguidés sont déjà des robots dont le but est destructeur.

Je suis cependant d’accord avec Musk et Hawking : les robots nous ont déjà dépassés. Il devient urgent de leur implanter les lois en dur dans leur mémoire de silicium et d’arséniure de gallium.

Leave a Reply