Jour 189 – Planifier, exécuter, échouer et planifier encore

planificationPlanifier, exécuter, échouer et planifier encore. J’ai toujours aimé ce proverbe : « il n’est pas de bon vent pour le bateau qui n’a pas de port ». Non seulement parce que je fais de la voile et que le vent me parle, mais surtout parce si on ne sait pas où l’on veut aller, on ne se donne pas la chance d’y arriver. Monter sur un bateau, affalez les voiles et laissez-vous guider par les courants. Vous avez des chances d’être surpris, vous prenez surtout le risque d’être jeté à la côte.

S’il est des moments où se promener dans la vie sans but précis a des vertus, surtout celle de garder son esprit ouvert, il existe au fond de chacun de nous une direction que vous souhaitons prendre, un rêve que nous voulons réaliser, un objectif que nous voulons atteindre ! Pourquoi vivre sa vie dirigé par les autres et les événements ? Nous sommes dans le siège du pilote, nos rêves nous appartiennent, à nous de les réaliser, et pour ça, il convient de les planifier. Cela enlève-t-il de la magie au rêve ? Non, cela permet d’accroitre les chances de les réaliser.

Bien évidemment, ce que l’on planifie n’arrive pas forcément. Mon premier patron répétait que le changement est naturel. Tout le monde sait que trois choses sont inévitables : la mort, les impôts et le changement. Qui dit changement, dit potentiellement échec. Et en fait, c’est ce qui fait généralement peur et justifie le manque de planification. Pourquoi planifier ce qui a des risques d’échouer ? Mauvaise question, la bonne est pourquoi ne pas planifier ce qui a des chances de réussir ? Comme dit la pub, 100% des gagnants ont tenté leur chance ! La meilleure méthode pour augmenter ses chances de réussite est de la planifier, puis d’exécuter, et de voir chaque échec comme une étape nécessaire qui nous rapproche de notre rêve.

Un dernier point concernant la planification, l’exécution et l’échec. Sur ce chemin ardu, on rencontre les « J’t’avais-bien-dis ». Ce sont tous ces gens qui avaient prévu notre échec et qui y puisent leur énergie. La seule réponse est de hausser les épaules et d’appliquer le proverbe arabe : les chiens aboient, la caravane passe ! Les « J’t’avais-bien-dis » ne planifient pas, n’essayent rien, ne réussissent rien, ils ne font que passer à côté de leurs rêves ! Chaque échec vous rapproche de votre réussite, ils ne peuvent pas comprendre.

Leave a Reply