Jour 186 – Et si on parlait football ?

abstentionEt si on parlait football ? Bon, je sais, c’est facile en pleine coupe du monde, surtout au lendemain de la défaite de l’équipe de France. En fait, si le football nous intéresse aujourd’hui, c’est que le match France-Allemagne a mis en avant deux états d’esprits que tout semble opposer, que la domination de l’un sur l’autre explique beaucoup de chose, et surtout donne des clés pour le futur.

Alors voilà. La France est la patrie des Lumières, celle des créations et des révolutions, celle des grèves et des ronchons, celle des bientôt cent millions de touristes, celle qui fait rêver par son art de vivre. L’Allemagne est la patrie de la rigueur, du protestantisme appliqué, des rues bien propres, du sérieux, des autos bien chères et bien propres. En d’autres termes partisans : en France on s’éclate, en Allemagne on s’emmerde. Caricatural, mais somme toute un peu vrai (pour ceux qui se demanderait, j’ai cinquante pourcents de sang alsacien et suis protestant, alors l’esprit teuton je l’ai vécu en live intégral).

Donc, quand la France laisse éclater sa joie et sa créativité, ça donne France-Suisse. Un feu d’artifice qui réjouit tout un peuple qui se retrouve dans une équipe bouillonnante et brillante d’intelligence. Quand la France tombe dans le piège de la rigueur, ça donne France-Allemagne. Une équipe contrainte qui renferme sa joie et sa créativité. Et au passage, ça donne un match chiant comme la pluie, excusez-moi du peu. Angela Merkel s’est autorisé un petit verre de schnaps en embrassant son mari sur la joue.

Le fait est qu’il est en de même dans le social et l’économique. Tout le monde sait implicitement que le modèle rigoriste allemand n’est pas pour nous. Même les américains, qui sont pourtant à majorité WASP (surtout les républicains), ne suivent pas cette rigueur emmerdante et débilitante. Et pourtant, nous tombons dans le panneau, incapable d’apporter notre dimension révolutionnaire, créative et joyeuse au débat. Oui, il est temps de retrouver cet entrain, cette volonté de faire différemment, de bousculer l’ordre établi, car la France est en train de tuer son merveilleux esprit. Aux armes citoyens, formez vos bataillons, marchons, marchons, qu’une idée neuve, abreuve nos esprits !

Et puis pour terminer, merci à Didier Deschamps de nous avoir montré qu’une autre France était possible. Celle qui nous enchante ! Soyons fou ! Changeons le monde ! Changeons la France !

Leave a Reply