Paroles, paroles, paroles…Words!

Certains d’entre vous connaissent sans doute cette chanson de Dalida. L’idée est que les paroles n’engagent que ceux qui les prononcent. Malheureusement, ceci est devenu la norme dans notre monde. Au point que les fameuses promesses de campagne de nos politiques restent juste cela, des promesses. Et ce faisant, ces politiques portent une responsabilité énorme sur la déresponsabilisation générale.

Nous sommes dans l’ère du c’est pas moi c’est l’autre, responsable mais pas coupable, comme disait Georgina Dufoix. Et je ne parle même pas de tout ce qui se passe avec la crise de la dette des états. Ceci étant, je ne suis pas fataliste et, honnètement, je me fiche pas mal de la morosité ambiante et de la déresponsabilisation générale. Comme je l’ai déjà dit, je ne m’intéresse pas aux choses et aux événements sur lesquels je n’ai pas d’influence. Je me focalise donc sur la trace que je peux laisser dans le monde. Et charité bien ordonnée commence par soi-même. Je me focalise donc sur ma transformation, qui me permettra d’accroitre mon impact sur le monde.

J’ai fait une promesse de publier régulièrement mes progrès dans les trois domaines évoqués dans mon précédent billet: la forme physique, l’écriture et le leadership. Voici donc le Jour 4 de mon expérience transformationnelle.

  • Forme Physique:
    • Jour 1: 15 minutes d’abdos, une heure d’exercices focalisés sur le de dos et les pectoraux
    • Jour 2: une heure de plyométrie
    • Jour 3: 15 minutes d’abdo, une heure d’éxercices focalisés sur les bras et les épaules
    • Jour 4: une heure et demie de yoga
  • Écriture:
    • Renaissance de mon cahier Moleskine pour noter idées et écrire où que je sois, j’adore le rapport charnel avec le papier
    • Trois heures depuis lundi pour 5 pages écrites de mon roman. Je suis à une dizaine de pages de faire lire les cinquante premières pages à Claire
  • Leadership
    • Aujourd’hui, debriefing d’un exercice d’évaluation de mon “Leadership Practice Index”. Rien de bien nouveau, mais je reviendrais en détail sur les résultats dans un prochain billet.
    • Premier travail sur la refondation de ma relation au temps
    • Démarrage de la formalisation de la planification de mes actions professionelles
    • Lecture de La Guerre de l’Art de Stephen Pressfield. J’ai du arrêter pour dormir, sinon je l’aurais dévoré d’une seule traite. Le livre qui ouvre de nouvelles perspectives sur la procrastination! A suivre!

Effets de bords de tout ceci: une immense satisfaction de ces quatre premiers jours et une énergie nouvelle. A très bientôt pour la suite.

Leave a Reply