Un autre monde

J’aurais pu titrer ce billet, les buts silencieux… Et je sais que je vais en étonner plus d’un en parlant de football. Cet autre monde dont je parle c’est celui de la Coupe d’Afrique des Nations. Aujourd’hui avait lieu Maurice-Congo pour les éliminatoires de la CAN. Maurice et le Congo, deux nations dont les fédérations nationales ne sont pas dotées de millions d’euros pour promouvoir leur sport et entretenir leurs équipes nationales. La plupart du budget servant souvent à payer les déplacements à l’étranger. Quant aux supporters, et bien, en déplacement, ils ne suivent pas leur équipe, car ils n’en n’ont tout simplement pas les moyens.

Imaginez les places de seconde catégorie pour ce match international. Prix ? 50 roupies mauriciennes, soit 1,2 euros. Cela laisse rêveur ! Imaginez aussi, par exemple, un match France-Argentine, dans lequel 100% du stade serait français, sans un seul supporter argentin ! Et bien vous aurez la vision d’un match Maurice-Congo, dont le stade est 100% mauricien.

Et quand ça commence, les gradins sont acquis à l’équipe mauricienne, ségatierres en prime ! Le premier but mauricien, sur pénalty à la 10ème minute, soulève la liesse et augmente le volume des gradins. A tel point que l’égalisation congolaise cinq minutes plus tard se passe dans une indifférence totale. Pas un spectateur pour applaudir et pas de replay sur écran géant. Et pourtant la reprise de volée, suite a une passe appuyée des 35 mètres est magistrale. 15 minutes plus tard surviendra le but de la victoire avec un tir de 20 mètres dans la lucarne. Un deuxième but dans l’indifférence et le silence, car la foule s’est tue, abattue par la domination congolaise. La seconde mi-temps sera incompréhensible avec Maurice repliée en défense et tentant quelques contres, sans toutefois trouver le fond des filets.

Cependant, ce qui choque, c’est l’écart de moyens entre ce match et n’importe quel match international en Europe, alors que l’enthousiasme populaire et sportif est bien là. Ce qui choque, c’est le niveau des infrastructures entre n’importe lequel des stades de seconde division français et les stades nationaux d’un pays comme Maurice : pas d’horloge, pas d’afficheurs numériques, par de caméras qui rediffusent l’action sur grand écran et pas de gradins couverts sur la totalité du stade.

Là où le sport est devenu un business dans les pays développés, il reste amateur dans la majeure des pays africains. Alors quelle situation est préférable ? Ni l’une,ni l’autre. Dans le premier cas, il y a beaucoup trop d’argent dans le sport professionnel, dans le second beaucoup trop peu. Et si les premiers aidaient les seconds ? Cela reste un rêve, il n’y a que l’altruisme qui permettrait ces échanges, mais c’est une qualité qui ne rapporte pas assez.

Leave a Reply