Règle numéro 4 : prenez vos responsabilités

Si vous avez des enfants, vous devez souvent entendre : “c’est pas de ma faute”  ou “c’est pas moi”. Pourtant quand on fait un peu parler ces chers petits, ils sont souvent à l’origine de l’action répréhensible dont vous cherchez le coupable. C’est dire si la notion de responsabilité est à chercher parfois loin dans le temps.

De même, suite à un échec professionnel ou personnel, on est souvent tenté de penser que la faute revient à autrui, aux événements, au temps qu’il fait ou à l’environnement. Il vient rarement à l’idée que nous pouvons être responsable de ce qui nous arrive. Evidemment, dans la perspective de la crise, il s’agit sans doute de quelques responsables (ceux qui ton titrisé les créances pourries), mais beaucoup plus d’une responsabilité collective, de celle d’un système.

Cependant, sauf élément extérieur à notre volonté (un tsunami, un cyclone, un licenciement pour motif économique, etc.), nous sommes généralement responsable de ce qui nous arrive. Si vous pensez le contraire, je vous invite à prendre un événement récent qui vous est arrivé et qui s’est mal terminé. Si vous déroulez les faits, n’y a-t-il pas un moment où vous avez pris une décision que vous auriez pu prendre différemment ?

À partir du moment, où vous réfléchissez en terme de responsabilité personnelle, vous éliminez le statut de victime. Vous prenez le contrôle de votre vie et de vos choix. Cette notion de contrôle est primordiale: elle vous met dans le siège du conducteur.

Par rapport à la crise, vous avez le contrôle de votre destin. Vous pouvez éteindre la télé, vous pouviez vendre une partie de votre portefeuille avant qu’il perde 50% de sa valeur, vous pouviez ne pas craquer pour un objet dont vous n’avez pas forcément besoin tout de suite, tout ceci est de votre responsabilité. Cela demande courage et lucidité, mais ces deux vertus sont nécessaires si vous voulez sortir de la crise.

Leave a Reply